Aspartame : « Le doute devrait profiter au consommateur »

Aspartame : « Le doute devrait profiter au consommateur »

17.11.2011
À l’occasion de la journée mondiale de la prématurité, ce 17 novembre, le Réseau Environnement Santé (RES) alerte de nouveau, dans une lettre au ministre de la Santé, Xavier Bertrand, sur les effets de l’aspartame.
  • 1321543335300441_IMG_71865_HR.jpg

    Aspartame : « Le doute devrait profiter au consommateur »

« Il y a un an, une étude réalisée auprès de 60 000 femmes enceintes par une équipe danoise mettait en évidence un taux plus élevé de naissances prématurées tardives (soit entre les 32e et 36e semaines d’aménorrhée), proportionnel à la consommation de boissons gazeuses avec édulcorants », écrivent-ils. Faisant référence aux déclarations de Xavier Bertrand sur le Mediator, dans lesquelles il affirmait que le doute devait désormais profiter aux malades, le Dr Laurent Chevallier, responsable de la communication du RES, et André Cicolella, son président et porte-parole, expliquent : « Dans le cas présent, il nous semble que le doute devrait profiter au consommateur. » Les données scientifiques sont, ajoutent-ils, « suffisantes pour agir, c’est-à-dire, à tout le moins, pour diffuser des conseils de prudence auprès des femmes enceintes ».

Dans une note d’accompagnement, cosignés également par les Drs Pierre Mares, chef de service de gynéco-obstétrique (CHU de Nîmes), Dominique Le Houézec, pédiatre, et Marianne Buhler, gynécologue, ils soulignent que la prématurité a augmenté en France, passant de 5,9 % en 1995 à 7,4 % en 2010. « La prématurité tardive (32-36 SA) représente 75 % des naissances prématurées et deux tiers de cet accroissement », précisent-ils.

Des études récentes indiquent, par ailleurs, que cette prématurité tardive, longtemps considérée comme ne posant pas de problème, peut avoir des « conséquences sanitaires graves » : retard de développement, risque d’autisme, morbidité respiratoire, vulnérabilité infectieuse, risque de dépression. « La prévention de toutes les prématurités précoces ou tardives doit être une priorité », déclarent-ils.

Début septembre, le directeur adjoint de l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES), le Pr Gérard Lasfargues, rappelait que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) avait été chargée de conduire une réévaluation de la sécurité de l’aspartame et de la dose journalière admissible (DJA), à la suite de la publication de deux études, dont l’étude danoise. Les résultats sont attendus pour 2012.

De son côté, l’ANSES s’est emparée de la question « bénéfices/risques nutritionnels », afin d’élaborer, éventuellement, des recommandations aux populations sensibles telles que les femmes enceintes et les enfants. « Si des recommandations de précaution doivent être faites pour des populations sensibles, on les fera le plus vite possible », avait-il indiqué.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 2

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 10

Alcool : la métanalyse qui met fin au mythe des bienfaits d'une consommation modérée

alcool

Ces dernières années ont vu leur lot d’études annonçant l’effet cardiovasculaire protecteur de la consommation modérée d’alcool (en... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter