La thérapie épigénétique testée dans le cancer du poumon

La thérapie épigénétique testée dans le cancer du poumon

10.11.2011
La thérapie épigénétique a donné des résultats prometteurs chez quelques patients ayant un cancer du poumon métastasé réfractaire : elle a allongé la survie moyenne et des réponses remarquables ont été observées chez une petite fraction des patients.
  • 1320936825298277_IMG_71378_HR.jpg

    La thérapie épigénétique testée dans le cancer du poumon

Un cancer résulte de mutations génétiques et d’altérations épigénétiques régulant anormalement l’expression des gènes. Deux des principales altérations épigénétiques associées au cancer sont la méthylation de l’ADN et la désacétylation d’histones, qui inhibent l’expression des gènes suppresseurs de tumeurs.

Des études précliniques ont suggéré qu’une thérapie épigénétique associant un inhibiteur de la méthylation de l’ADN, l’azacitidine, et un inhibiteur de la désacétylation d’histones, l’entinostat, peut réactiver l’expression des gènes suppresseurs de tumeurs. Dans la leucémie, cette thérapie épigénétique a donné des résultats prometteurs.

Une équipe américaine a conduit une étude de phase I/II évaluant ce traitement chez des patients ayant un cancer du poumon non à petites cellules, au stade métastasé et progressant malgré de multiples chimiothérapies standards.

Dans cette étude ouverte, sans groupe témoin, 45 patients ont reçu la thérapie épigénétique (40 mg/m2 d’azacitidine en injection sous-cutanée pendant 9 jours et 7 mg d’entinostat sur 2 jours, tous les mois).

Les résultats sont prometteurs. Ce traitement est bien toléré, avec une très faible toxicité qui peut être contrôlée médicalement.

Des réponses impressionnantes ont été observées chez deux patients. Une patiente a présenté une réponse complète, mais a finalement succombé à une tumeur pulmonaire moléculairement distincte au bout de trois ans. Un autre patient a présenté une réponse partielle, avec disparition des métastases hépatiques et réduction de la tumeur pulmonaire, et il vit encore deux ans et demi après le traitement.

La survie moyenne des patients traités est de 6,4 mois, soit 2 mois plus longue que la survie prévue de 4 mois selon les chercheurs.

En raison de la survie prolongée, 19 patients ont reçu ensuite une chimiothérapie cytotoxique et 4 d’entre eux (21 %) ont eu une réponse objective majeure, avec un patient encore vivant 4 ans après. Cela suggère que la thérapie épigénétique présente un effet retardé ou pourrait sensibiliser les tumeurs de façon à les rendre vulnérables à une chimiothérapie ultérieure.

Juergens et coll. « Cancer Discovery », décembre 2011.

 Dr VÉRONIQUE NGUYEN
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter