Un patient équipé d’un pancréas artificiel autonome miniaturisé

Un patient équipé d’un pancréas artificiel autonome miniaturisé

28.10.2011
L’équipe du Pr Éric Renard à Montpellier évalue la possibilité d’utiliser dans la vie courante un système de pancréas artificiel autonome portable. Un premier malade a été équipé, informé, et il a pu passer une soirée et une nuit hors de l’hôpital.
  • 1319815407294549_IMG_70445_HR.jpg

    Un patient équipé d’un pancréas artificiel autonome miniaturisé

M. X, âgé de 53 ans souffre d’un diabète de type 1. Pour la première fois, il a pu passer du temps sans se préoccuper de sa glycémie et de ses injections d’insuline. Il en a donc profité pour passer la soirée au restaurant, la nuit à l’hôtel et savourer une matinée sans le souci de sa maladie.

Le dispositif dont il est équipé comprend une pompe à insuline portable, un appareil de mesure continue de la glycémie sous la peau et un module de contrôle installé dans un boîtier de la taille d’un smartphone. Dans le boîtier, se trouve le logiciel miniaturisé qui traite les données sur la glycémie et envoie des commandes à la pompe à insuline pour délivrer la dose d’insuline nécessaire, par microbolus. « Nous avons miniaturisé la partie informatique qui était auparavant sur un ordinateur portable », explique le Pr Renard au « Quotidien ». Le boîtier fonctionne comme télécommande automatique. La mesure du glucose automatisée est transmise au module de contrôle qui calcule la quantité d’insuline que doit administrer la pompe pour maintenir la glycémie dans les limites de la normale.

Au Centre d’investigation clinique (INSERM 1001, CHRU de Montpellier) où a eu lieu l’essai, le malade a d’abord été informé sur le fonctionnement de son système, qui, en fait, le délivre des obligations de réglage de sa propre pompe en fonction des glycémies, ce qui lui a donné cette autonomie hors de l’hôpital. Pendant toute la durée de l’essai, il est resté normoglycémique, a souligné le Pr Renard. Le boîtier étant équipé d’un système 3G, le bon fonctionnement du pancréas artificiel était surveillé à distance à l’hôpital par l’équipe technique et médicale.

Le système a été mis au point par un consortium international de chercheurs, « l’International Artificial Pancreas Study Group », réunissant les équipes de Montpellier (Prs Éric Renard et Jacques Bringer), les Universités de Padoue et Pavie en Italie, et celles de Virginie (Charlottesville) et de Californie (Santa Barbara) aux États-Unis.

Un essai a été également mené en tandem chez un patient italien à Padoue, avec le même succès.

Huit autres patients vont être équipés et participer au même essai au cours des prochaines semaines à Montpellier et à Padoue, « avant d’étendre la durée d’étude dans la vie courante sur plusieurs jours puis plusieurs semaines, si les premiers succès sont confirmés », annoncent les chercheurs.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

HTA : les 10 axes et les 60 propositions de la SFHTA

hta

L'HTA est banalisée en France et trop souvent perçue comme un simple facteur de risque cardio-vasculaire, s'inquiète la Société française... 1

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... 1

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter