Médecins à diplôme étranger : le gouvernement joue les prolongations

Médecins à diplôme étranger : le gouvernement joue les prolongations

26.10.2011

La procédure de régularisation des médecins diplômés hors de l’Union en poste dans les hôpitaux français devait s’éteindre cette année. Ce ne sera vraisemblablement pas le cas.

  • 1319653112293881_IMG_70252_HR.jpg

Le 28 octobre devait s’éteindre toute possibilité de régularisation offerte – depuis 2006 et de manière transitoire – par la France aux médecins à diplôme étranger présents de longue date (avant juin 2004, précisément) dans ses hôpitaux, via la procédure d’autorisation d’exercice (PAE).

Les quelque 1 500 candidats dits « de la liste C » à l’examen de cette PAE (dont les listes A et B sont respectivement réservées, sous forme de concours avec quotas de places, aux nouveaux arrivants et aux réfugiés) plancheront en effet vendredi toute la matinée sur ce qui devait représenter leur ultime chance d’échapper au chômage. Avec cette extinction s’obscurcissait également l’horizon de tous les médecins diplômés hors de l’Union et arrivés en France après juin 2004 – quelque 3 000 praticiens écartés par les textes de la PAE et sans voie d’intégration alternative.

In extremis, le gouvernement devrait proposer finalement, dans un amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS 2012), d’insuffler une deuxième vie aux mesures transitoires en actionnant deux curseurs : celui de l’examen de la liste C, qui serait prolongé pour d’autres sessions ; celui de la date butoir d’exercice en France, qui irait bien au-delà de l’été 2004.

Voir l'article « Loi Sécu 2012 : les "sages" censurent la prolongation de la PAE pour les médecins étrangers » 

 KARINE PIGANEAU  
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
17.11.2011 à 19h34

« Vous avez dit "Machiavel", mais non, allons, c'est de l'emploi légal ! »

Répondre
 
31.10.2011 à 19h30

« Tout à fait d'accord, ce système est assez habile et permet de réduire le coût de la main-d'œuvre sans délocalisation et sans coût de formation des étudiants en France. »

Répondre
 
27.10.2011 à 08h53

« Je suis praticien hospitalier en exercice à diplôme français de chirurgie. Je ne suis pas surpris de la prolongation des mesures, soit disant "transitoires", concernant les collègues à diplôme étran Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 9

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter