Téléphone portable et cancer : l’usage prolongé n’est pas synonyme de danger

Téléphone portable et cancer : l’usage prolongé n’est pas synonyme de danger

21.10.2011
L’usage prolongé d’un téléphone portable n’augmente pas le risque de cancer du cerveau, indique une vaste étude conduite sur 18 ans au Danemark, et publiée en ligne par le « British Medical Journal ».
  • 1319203779292102_IMG_69912_HR.jpg

Cette étude danoise, menée auprès de 358 403 abonnés à un service de téléphonie portable, fait apparaître une absence de lien, même chez les personnes abonnées depuis plus de treize ans, et pour tout type de cancer du cerveau.

L’équipe, conduite par Patrizia Frei, de la Société danoise du cancer, a prolongé jusqu’en 2007 une enquête qui s’arrêtait en 2002 et avait déjà fait apparaître une absence d’accroissement du risque de cancer. Les nouvelles données fournissent un échantillon beaucoup plus large d’utilisateurs longue durée.

Chez les 358 403 personnes dont l’état de santé a été suivi entre 1990 et 2007, il y a eu 10 729 tumeurs du système nerveux central (5 111 chez des hommes et 5 618 chez des femmes), mais à peu près autant chez les abonnés que chez les autres. Plus précisément, les taux de gliomes et de méningiomes étaient similaires chez les abonnés au téléphone portable et chez les autres, avec des variations « non significatives », quel que soit le nombre d’années d’abonnement. Pour certains types de tumeurs, il y avait d’autant moins de risques qu’on l’avait utilisé plus d’années. L’étude ne tient compte que des personnes abonnées individuellement, sans tenir compte de celles ne disposant que d’un téléphone portable professionnel. Par ailleurs, la durée quotidienne d’utilisation du téléphone n’est pas connue, les abonnés n’ayant pas été interrogés.

Les chercheurs n’excluent pas à cet égard qu’une augmentation du risque apparaisse chez les très gros utilisateurs, pour une utilisation de plus de quinze ans, ce qui pourrait être l’objet d’études ultérieures. Fin mai, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence de l’Organisation mondiale de la santé, avait estimé que l’usage des téléphones portables était « peut-être cancérogène pour l’homme ». Les experts réunis par le CIRC avaient analysé toutes les études sur le sujet, dont certaines montraient un risque accru de gliome, un cancer du cerveau.

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
21.10.2011 à 21h16

« Est-ce que dans cette étude ont été pris en compte les utilisateurs de téléphone DECT ? Ces téléphones font courir le même risque (ou pas !) que les téléphones mobiles en ce qui concerne les émissio Lire la suite

Répondre
 
21.10.2011 à 19h22

« De surcroît, les chercheurs eux-mêmes ont admis que l'analyse est erronées. L'étude rapporte que "Une des limites de l'étude est liée au potentiel problème que poserait un classement erroné. Les dét Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Vaccination : des membres des Académies des sciences et de médecine demandent un rappel à l'ordre du Pr Montagnier

academie sciences

Après la tribune signée par 27 membres de l'Académie nationale de médecine, et le soutien apporté par l'Académie nationale de pharmacie,... 58

Conventionnement sélectif : l'offensive sénatoriale fait « pschitt » face à la méthode Buzyn

plfss senat

Une première ! Pas moins de 120 sénateurs centristes, communistes et LR ont déposé six amendements visant à contraindre l'installation des... 4

SOS Hépatite propose son plan de dépistage de l'hépatite C

hep c

Le président de la fédération SOS Hépatites a présenté les recommandations de dépistage organisé de l'hépatite C proposées par... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter