Un greffon hépatique toléré sans immunosuppresseurs

Un greffon hépatique toléré sans immunosuppresseurs

14.10.2011
Si le succès rencontré chez l’animal par une équipe américaine se confirme un jour chez l’homme, une révolution se fera en matière de greffe d’organe. Zhaoli Sun et coll. (université Johns Hopkins, Baltimore) ont réussi à conserver en vie et sans immunosuppresseurs des souris sur lesquelles ils avaient greffé un foie. Le principe de cette technique riche d’espoirs est la stimulation des cellules souches médullaires, par une molécule existante, le plerixafor.
  • 1318602110289943_IMG_69406_HR.jpg

    Un greffon hépatique toléré sans immunosuppresseurs

Le concept de cette expérimentation s’est fondé sur un constat : après une transplantation (cœur, foie, rein…) un petit nombre de cellules souches du donneur colonisent le greffon. L’équipe s’est donc demandée si, en favorisant la repopulation de l’organe greffé, il ne deviendrait pas possible de lui faire acquérir, en grande majorité, le phénotype du receveur. Ce qui favoriserait la survie du greffon sans qu’il ne fasse l’objet d’un rejet, permettant l’arrêt de l’immunosuppression.

Les chercheurs ont prélevé le foie de souris, dites dark agouti, et en ont transplanté une partie à d’autres souris, dites Lewis, qui rejettent fortement les greffons hépatiques (un peu comme l’humain). Ils les ont séparées en trois groupes, l’un sous l’association tacrolimus (à faible dose) + plerixafor, chacun des deux autres sous l’une des deux molécules. Le traitement durait 7 jours. Les résultats sont sans appel. Douze des 13 rongeurs sous association thérapeutique ont survécu plus de 180 jours, alors que les autres ont fait un rejet au bout de 12 jours.

La dose de tacrolimus n’était que le dixième de la posologie normale. L’objectif était qu’un processus de rejet modéré se mette en place, insuffisant pour rejeter le greffon. Cette réaction perçue comme un signal de lésion hépatique créerait un afflux de cellules souches afin de restaurer le greffon en souffrance. Ce rejet modéré empêche aussi le fragment hépatique de s’autorégénérer, ce qui laisse la place nette pour une régénération à partir des cellules souches du receveur.

Au bout de trois mois, le greffon était totalement colonisé par des cellules hépatiques du receveur. Chez certains rongeurs ayant reçu un foie entier, le processus de colonisation a pris un an.

Même si le plerixafor est autorisé chez l’humain, comme adjuvant au cours des chimiothérapies, les auteurs sont conscients que le passage à l’homme pourra prendre plusieurs années, après une recherche animale plus avancée.

« American Journal of Transplantation », vol. 11, n° 10, pp. 2046-2056.

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 11

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter