Les attentes des estrogènes dans l’HTAP

Les attentes des estrogènes dans l’HTAP

19.09.2011
Même s’il ne s’agit encore que d’essais chez l’animal, ils sont porteurs d’espoir puisqu’il s’agit de traiter l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) par des estrogènes.
  • 1316520148281039_IMG_67267_HR.jpg

    Les attentes des estrogènes dans l’HTAP

Comme l’explique l’équipe de Mansoureh Eghbali (université de Californie), le rôle modérément préventif des estrogènes dans la survenue de l’affection était connu, mais pouvaient-ils avoir une activité thérapeutique ? Pour répondre à cette question, ils ont créé une HTAP chez des rats. Au bout de 21 jours, ils ont été scindés en quatre groupes, dont un témoin. Les trois autres ont subi des traitements de 10 jours par : estrogène (17ß estradiol), agoniste des récepteurs ß aux estrogènes ou agoniste des récepteurs alpha aux estrogènes.

Le traitement par 17ß estradiol (à dose modérée) a empêché la progression de l’HTAP vers l’insuffisance cardiaque droite, il a restauré la fonction ainsi que la structure pulmonaire et ventriculaire droite. Plus surprenante, la récupération s’est maintenue même après l’arrêt du traitement au moins jusqu’au 30e jour, conduisant à 100 % de survie au 42e jour, contre 25 % des témoins. Anatomiquement, l’estrogénothérapie a permis une néoangiogenèse, compensant la perte vasculaire due à l’affection, dans les poumons et le ventricule droit.

Chez certains rongeurs traités par estrogène, ont été ajoutés un inhibiteur de l’angiogenèse ou un antagoniste des récepteurs ß aux estrogènes. L’estrogénothérapie a alors échoué. À l’inverse, un traitement par un agoniste des récepteurs ß aux estrogènes s’est montré aussi efficace que celui par 17ß estradiol. Les rats sous agonistes du récepteur alpha n’ont connu aucune amélioration.

L’explication repose sur plusieurs mécanismes. Tout d’abord, chez les rongeurs atteints d’HTAP, il existe cinq fois plus de cellules inflammatoires. L’estrogénothérapie inverse ce processus, probablement par une sous-régulation des gènes pro-inflammatoires. Ensuite, le traitement montre une activité sur la réduction de la fibrose pulmonaire. Enfin, il existe une stimulation de la néoangiogenèse.

Reste à comprendre pourquoi une affection qui touche plutôt la femme jeune, protégée par ses estrogènes, peut se développer. Les recherches à venir de l’équipe américaine vont s’orienter sur la piste d’une mutation génétique créant une interférence entre les estrogènes et leurs récepteurs.

« American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine », 15 septembre 2011, vol. 184, pp. 715-723.

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 5

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter