Les astrocytes donnent une piste dans les troubles de la fertilité

Les astrocytes donnent une piste dans les troubles de la fertilité

06.09.2011
En trouvant un rôle des astrocytes et de la prostaglandine E2 dans la sécrétion hormonale induite par l’hypothalamus, Vincent Prévot et coll. (INSERM U839, Lille) identifient une nouvelle piste de recherche pour traiter les troubles de la fertilité d’origine centrale : aménorrhée d’origine hypothalamique, retard pubertaire, puberté précoce.
  • 1315323809277502_IMG_66290_HR.jpg

    Les astrocytes donnent une piste dans les troubles de la fertilité

Il devient de plus en plus clair que les astrocytes jouent un rôle dans l’accomplissement de certaines fonctions du système nerveux central. Ainsi, il a été mis en évidence que ces cellules gliales ont un rôle dans le contrôle de fonctions clefs, telles que la respiration, le sommeil, et aussi la reproduction.

Dans l’hypothalamus, les chercheurs montrent que les astrocytes régulent les activités sécrétoires de neurones neuroendocrines. Certains de ces neurones neuroendocrines sécrètent le décapeptide GnRH, libéré pour agir sur l’hypophyse et faire produire et libérer la LH et la FSH, pour commander la puberté puis tout au long de la vie reproductive.

« Il est maintenant clair que l’activité sécrétoire des neurones GnRH est contrôlée non seulement par une activité neuronale, mais aussi par celle des astrocytes. » La prostaglandine E2 (PgE2) étant un médiateur intercellulaire entre les astrocytes et les neurones à GnRH.

Vincent Prévot et coll. montrent que la PgE2 des astrocytes a un effet excitateur sur l’activité électrique des neurones à GnRH. Et cette activité électrique est interrompue par l’inhibition de la synthèse des PgE2. Chez un animal ayant un retard pubertaire, les astrocytes sécrètent moins de PgE2 et les neurones à GnRH n’ont pas d’activité électrique mesurable. L’ajout de PgE2 rétablit l’activité électrique du neurone et les fonctions de reproduction.

Pour les chercheurs, ces travaux sont peut-être un premier pas dans l’approche et le traitement des troubles de la fertilité d’origine centrale (aménorrhée d’origine hypothalamique, retard pubertaire, puberté précoce).

Les aménorrhées d’origine hypothalamique d’étiologie peu connue (on ne connaît la cause que dans 30 % des cas) pourraient être liées à un défaut du côté des cellules gliales. Les voies de signalisation sont peut-être altérées chez les patients.

Jérôme Clasadonte et coll. « PNAS », édition en ligne le 5 septembre 2011.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 19

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter