Le Dr Bonnemaison suspecté de trois autres cas d’euthanasie

Le Dr Bonnemaison suspecté de trois autres cas d’euthanasie

06.09.2011
La mise en examen du Dr Nicolas Bonnemaison, soupçonné d’euthanasie, porte, non plus sur quatre, mais sur sept patients. La décision concernant son maintien en liberté a été mise en délibéré au 13 septembre. Quant à l’Ordre national des médecins, il devrait entériner demain la traduction du médecin devant la chambre disciplinaire.
  • 1315324649277542_IMG_66302_HR.jpg

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Pau décidera le 13 septembre si elle maintient sa mise en liberté le Dr Nicolas Bonnemaison. L’urgentiste de Bayonne, mis en examen le 12 août pour « empoisonnements sur personnes particulièrement vulnérables », risque la réclusion criminelle à perpétuité. L’audience de ce mardi, à laquelle le Dr Bonnemaison était présent, était motivée par l’appel du parquet de Bayonne. L’avocat général de la cour d’appel, Jacques Defos du Rau, a fait valoir un « trouble exceptionnel et persistant à l’ordre public » pour réclamer le placement en détention provisoire du médecin, interdit d’exercice et résidant en Auvergne dans le cadre de son contrôle judiciaire.

Me Defos du Rau a évoqué sept « décès en série », entre le 5 avril et le 3 août, avec « une accélération » des décès à partir de juin. Le président de la chambre de l’instruction a en effet évoqué un réquisitoire supplétif, daté de lundi, et mentionnant trois nouveaux cas qui se seraient produits le 12 juin et les 4 et 7 juillet. Le médecin a reconnu avoir « utilisé des médicaments, pas dans l’intention de donner la mort mais pour abréger les souffrances des patients en fin de vie. Il n’a jamais été dans mon propos de les utiliser dans une intention létale » a-t-il expliqué en se défendant d’être « un militant de l’euthanasie ». Il a ajouté avoir « toujours été attaché à communiquer avec les familles » des patients concernés, dont aucune n’a porté plainte contre lui, ni au pénal, ni au civil. « Pour moi, le patient était indissociable de ses proches. Dans le cadre de la fin de vie, on vit des choses fortes avec les familles. On sait que ça se fait dans un regard, une poignée de mains », a-t-il confié sans toutefois indiquer avoir reçu de recommandations explicites des familles.

« Je désire m’expliquer ».

L’avocat général a reproché à l’urgentiste de s’être « arrogé le pouvoir de donner la mort tout seul », en dehors du cadre de la loi Leonetti du 22 avril 2005. « Personne n’a le droit de disposer de la vie d’un autre, personne n’a le monopole de la compassion », a-t-il déclamé. De son côté, le Dr Bonnemaison a évoqué « une dérive » dans l’organisation du service des urgences de coutre durée où il travaillait, ouvert 24 heures sur 24 à partir de février 2011, « avec l’arrivée de patients qui n’avaient rien à faire dans le service ». Il a indiqué avoir signalé cette situation par écrit à deux reprises à sa hiérarchie. Une enquête sur les « conditions du décès des personnes hospitalisées » a été confiée à l’Inspection générale des Affaires sociales.

Le Dr Bonnemaison a affirmé qu’il ne chercherait en aucun cas à fuir ses responsabilités. « Je désire m’expliquer sur ce qui s’est passé », a-t-il assuré. Suite à la décision de l’Ordre des médecins des Pyrénées-Atlantiques de ne pas porter plainte contre le praticien « de par les éléments portés à sa connaissance », le Conseil national, qui s’est autosaisi, devrait entériner demain la traduction du médecin devant la chambre disciplinaire. Le porte-parole de l’Ordre, André Deseur, a déjà précisé que « du fait de la gravité des faits », l’urgentiste s’expose à une radiation ou à une interdiction temporaire du droit d’exercer la médecine.

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
13.09.2011 à 12h10

« Le docteur Bonnemaison a agi seul pour une décision lourde. Il n'y avait pas d'équipe dans ce service ? Encore heureux qu'il ait gardé le contact avec la famille !!! Pour l'accompagnement des moura Lire la suite

Répondre
 
09.09.2011 à 13h34

« On se voile la face, qui dans une carrière hospitalière d'urgentiste ou de réanimateur n'a jamais un jour "poussé la seringue" ? »

Répondre
 
07.09.2011 à 12h07

« Que recouvre l'expression "Abréger les souffrances" ? Il est étonnant qu'il n'y ait pas eu de concertation avec l'équipe médicale. Cette manière d'agir me choque infiniment. C'est un abus de pouvoir Lire la suite

Répondre
 
06.09.2011 à 22h34

« Comment ne pas comprendre... »

Répondre
 
06.09.2011 à 22h25

« Dans un service de pneumo, il est coutume de prescrire "un milligramme heure" d'Hypnovel en fin de vie quand l'acharnement thérapeutique devient barbare... »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter