AMM du Mediator : Servier dément les accusations de tromperie

AMM du Mediator : Servier dément les accusations de tromperie

06.09.2011
  • 1315316581277363_IMG_66264_HR.jpg

    AMM du Mediator : Servier dément les accusations de tromperie

Les Laboratoires Servier auraient-ils tronqué des études sur le Mediator avant de les remettre aux autorités de santé dans le but d’obtenir plus facilement l’autorisation de mise sur le marché (AMM) ? C’est ce qu’affirment « Le Figaro » et « Libération » qui, dans leurs éditions de ce mardi, font état des dépositions du Pr Jean Charpentier, un neurochirurgien ayant travaillé dès 1968 pour Servier en tant que conseil scientifique, dans le cadre de l’enquête judiciaire en cours. Le laboratoire dément formellement.

Le Pr Charpentier avait rédigé les expertises pharmacologiques (sous forme de synthèse d’études scientifiques réalisées par d’autres chercheurs) présentées par Servier aux autorités de santé pour obtenir l’AMM du Mediator. Dans sa déposition, il reconnaît notamment que ses travaux avaient à l’époque été tronqués pour gommer ses caractéristiques de coupe-faim et d’anorexigène, et présenter le Mediator comme un antidiabétique. Interrogé par les juges sur le point de savoir pourquoi ces documents avaient été ainsi modifiés, le Pr Charpentier, aujourd’hui âgé de 81 ans, leur aurait répondu : « Je ne me souviens pas, les faits sont anciens et ma mémoire est défaillante. »

Mais pour Maître Hervé Témime, avocat des laboratoires, Servier n’a pas « trompé les autorités en masquant le fait que le Mediator était un coupe-faim, ce qu’il n’était pas ». « Servier ne conteste pas les travaux qui ont été faits à la fin des années soixante sur cette molécule », a-t-il poursuivi sur « Europe 1 ». « Servier considère simplement qu’il n’y a pas eu de tromperie, qu’il n’y a pas eu d’escroquerie, qu’il n’y a pas eu d’obtention indue d’une autorisation de mise sur le marché. »

Les Laboratoires Servier ont eux aussi réagi à ces informations dans un communiqué de presse. « Le Mediator ne montrait pas d’activité anorexigène chez l’homme aux doses thérapeutiques », peut-on y lire. Servier affirme en conclusion que « contrairement à ce qui a été indiqué, aucune étude du Pr Charpentier n’a été modifiée en vue de sa communication aux autorités sanitaires, et elles ont toujours été signées par lui et sous sa responsabilité ».

Enfin, selon l’avocat de Servier, le laboratoire pourrait être convoqué par les juges d’instruction en vue d’une possible mise en examen.

 H. S. R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 7

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter