Une signature moléculaire des déficits intellectuels

Une signature moléculaire des déficits intellectuels

26.08.2011
Une équipe française identifie, dans une famille porteuse d’un déficit intellectuel, une anomalie génique conduisant à une altération de l’expression de deux gènes.
  • 1314373739275397_IMG_65799_HR.jpg

    Une signature moléculaire des déficits intellectuels

Le déficit intellectuel (DI) est un handicap fréquent qui concerne 3 % de la population générale. Les signes d’appel sont des retards précoces des acquisitions, la confirmation est donnée à partir de 3 ans par les tests psychométriques montrant un déficit du développement cognitif supérieur à 2 déviations standards pour l’âge (tests de langage, de compréhension, d’organisation de l’espace). Les DI représentent un ensemble hétérogène, dont certaines formes sont syndromiques (comme le syndrome de l’X fragile) et d’autres dues à des anomalies géniques autosomiques. Mais beaucoup des causes n’ont pas encore été identifiées. Si environ 20 % des DI peuvent être attribuées à des facteurs environnementaux, 40 % à des causes génétiques connues, les causes de la maladie restent inconnues dans près de la moitié des cas.

Laurence Colleaux et Jean-Marc Egly* ont travaillé sur une forme autosomique de DI isolée, diagnostiquée chez une famille. Ils ont identifié une mutation du gène MED23 qui code une sous-unité du « médiateur », qui est un complexe multiprotéique intervenant dans la régulation de l’expression des gènes (il permet aux facteurs de transcription d’un gène de s’assembler pour interagir avec l’ARN-polymérase). Les conséquences de cette mutation touchent en aval deux gènes qui présentent un défaut d’expression, les gènes JUN et FOS, impliqués dans l’expression d’une cascade de gènes liés à diverses fonctions cellulaires notamment au niveau du système nerveux central. On sait que leur activation rapide et transitoire est une étape clef dans le développement et la plasticité cérébrale.

La mutation fait produire une protéine MED23 modifiée qui n’interagit pas correctement avec les deux gènes. Dans le cas du gène JUN, l’assemblage permettant la transcription est défectueux.

Ces résultats apportent un nouvel argument en faveur du rôle majeur des anomalies de l’expression génique dans la recherche des causes de déficiences intellectuelles.

« L’étude de patients DI porteurs de mutations modifiant d’autres protéines impliquées dans la transcription suggère que cette anomalie des gènes "précoces" puisse être une signature moléculaire » de ce trouble », explique Laurence Colleaux. L’analyse doit maintenant être élargie à d’autres patients dans d’autres types de déficits intellectuels.

« Science », 26 août 2011.

* INSERM/CNRS Paris et Strasbourg.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter