À La Rochelle, le PS fait une petite place à la santé

À La Rochelle, le PS fait une petite place à la santé

26.08.2011
La traditionnelle université d’été du Parti socialiste s’ouvre ce vendredi à La Rochelle. Le thème de la santé y sera traité par le prisme… du Mediator.
  • 1314374418275326_IMG_65765_HR.jpg

    À La Rochelle, le PS fait une petite place à la santé

« L’affaire Mediator, symptôme d’un système de santé malade ». Tel est le titre de l’atelier que consacreront, samedi à 11 h 30, au sujet de la santé les militants socialistes réunis à La Rochelle pour leur université d’été. Marisol Touraine, député PS de l’Indre-et-Loire et pilote du volet « santé » du projet socialiste, devrait orchestrer les débats.

À six semaines de la primaire socialiste, ce rendez-vous sera l’occasion de connaître la façon dont chacun des candidats à l’investiture (François Hollande, Martine Aubry, Ségolène Royal, Arnaud Montebourg, Manuel Valls) s’approprie ce point précis du projet.

Ironie de l’histoire, à quelques exceptions près (comme celle du député de la Nièvre, Christian Paul, « aubryste » convaincu), les spécialistes au PS des questions de santé sont souvent… strausskhaniens. Au fil des dernières semaines, ils ont dû se choisir un nouveau camp. Marisol Touraine a rejoint l’équipe Hollande (où officie de longue date le Dr Claude Pigement, inlassable pèlerin du PS sur les questions de santé) ainsi que, plus récemment, le Dr Jean-Marie Le Guen, député de Paris et adjoint à l’Hôtel de Ville de Bertrand Delanoë (qu’il représente à l’AP-HP). Assurant au début de cette semaine qu’il se reconnaissait « dans le choix des priorités » que fait François Hollande, Jean-Marie Le Guen a insisté à l’occasion de son ralliement : « La santé doit être un des thèmes prioritaires dans la campagne tant Nicolas Sarkozy y a échoué et tant les besoins sont grands. » Pour lui, « le projet socialiste n’est pas assez ambitieux » sur ce sujet et « François Hollande (qui) a compris cet enjeu (...) veut faire de ce thème l’un des axes fort de sa campagne ».

Pour l’heure, le projet « sanitaire » socialiste s’inscrit en grande partie dans la vingt-deuxième proposition du texte adopté en avril dernier par le parti. Gros cheval de bataille : la liberté d’installation. Pour lutter contre les déserts médicaux, le PS voudrait que les jeunes médecins soient financièrement incités – voire obligés – à s’installer durant une période prédéfinie dans les secteurs déficitaires. Il veut aussi « assouplir » le numerus clausus.

Les socialistes sont par ailleurs acquis aux maisons de santé pluridisciplinaires qu’ils souhaitent créer en nombre pour assurer la permanence des soins dans les petites villes et à la campagne. En matière de rémunération, il s’agit de « sortir progressivement du primat du paiement à l’acte » pour les soins primaires. Les socialistes proclament leur intention d’encadrer strictement et de plafonner les dépassements d’honoraires.

À l’hôpital, que le PS juge bien maltraité par l’actuelle majorité, une réforme du mode de financement est prévue afin de « remédier aux effets pervers de la T2A ». La politique de prévention, en particulier contre les inégalités de santé, sera renforcée.

Actualité oblige, promesse est faite dans le projet d’améliorer « la surveillance et l’évaluation des médicaments ». Et l’organisation d’un « large débat parlementaire » est prévue, « qui précédera une grande loi santé mentale » (avec abrogation de la loi l’hospitalisation sans consentement).

Quant au financement de la Sécu, le PS le révise, notamment en fusionnant l’impôt sur le revenu et la CSG ; il soumet les revenus de l’épargne.

Sur un autre plan, la recherche occupe une place de choix dans le projet socialiste. Il y aura une « augmentation des crédits budgétaires ». Le PS se positionne spécifiquement sur la question de la recherche sur les cellules souches embryonnaires à partir d’embryons surnuméraires (il proposera à la représentation nationale « de passer d’un régime d’interdiction avec dérogations à un régime d’autorisation encadré ») et précise qu’il encouragera les travaux « sur les maladies neurodégénératives et le développement des technologies d’aide à l’autonomie ».

 KARINE PIGANEAU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 22

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter