Cellules souches : la richesse du liquide amniotique

Cellules souches : la richesse du liquide amniotique

25.08.2011
Deux publications dans « Cell Transplantation » font retenir le liquide amniotique comme une source de cellules souches facilement utilisables pour des applications cliniques de la thérapie cellulaire.
  • 1314284194275278_IMG_65745_HR.jpg

    Cellules souches : la richesse du liquide amniotique

Le liquide amniotique est riche en cellules souches stromales mésenchymateuses. Au cours des quatre dernières années, on a montré que les cellules souches dérivées du liquide amniotique humain (CSLA) humain présentent des marqueurs à la fois de cellules souches embryonnaires et adultes, expliquent Ivana Antonucci (Université de Floride, États-Unis). « Ces cellules peuvent être considérées comme des cellules intermédiaires entre ces deux stades de développement cellulaire. » Les CSLA peuvent être différenciées en différents précurseurs cellulaires : adipocytaire, ostéogénique, myogénique, endothélial, neurogénique et hépatocytaire. « Les CSLA ont une importante capacité de régénérescence. Elles peuvent être multipliées plus de 250 fois sans perte détectable de longueur des télomères », indiquent les auteurs. Par ailleurs, les CSLA ne forment pas de tumeurs après transplantation chez la souris, ce qui est un atout supplémentaire. Pour Ivana Antonucci et coll., même s’il faut encore beaucoup travailler sur ces sujets, on peut estimer d’ores et déjà que le liquide amniotique représente une source sûre et facilement disponible de cellules souches utilisables pour la thérapie cellulaire, sans qu’il y ait de restrictions éthiques.

De leur côté, Sean Murphy et coll. (Australie) montrent que les cellules épithéliales dérivées du liquide amniotique ont des propriétés thérapeutiques lorsqu’elles sont transplantées sur un modèle de fibrose pulmonaire chez la souris. Ces cellules ont différentes propriétés générales, comme celle d’être faiblement immunogènes et d’avoir des activités anti-inflammatoires. Injectées dans la cavité abdominale de l’animal, ces cellules préviennent un déclin attendu des fonctions pulmonaires. Mais il n’est toutefois pas montré qu’elles viennent se greffer dans les poumons, qu’ils soient normaux ou fibrotiques.

Des recherches doivent continuer, s’accordent à dire les auteurs, à la fois pour déterminer l’intérêt des CSLA sur d’autres modèles animaux et en clinique.

« Cell Transplantation », vol. 20, pp. 909-923, 2011.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Convention et exercice futur : les jeunes pourront assister à toutes les négos en qualité d'observateurs

négos

Pas à pas, la nouvelle génération médicale s'invite aux négociations conventionnelles aux côtés des syndicats de praticiens installés. Le... 2

Baisses des tarifs hospitaliers : pour les fédérations, « le point de rupture » est proche

taris hospitaliers

« Je ne vais pas faire comme si j’ignorais que nous publions les nouveaux tarifs hospitaliers dans deux semaines. Ils seront en baisse. Vous... 2

Cancer colorectal : l'INCa compte sur les médecins traitants pour inciter leurs patients à se faire dépister

consultation

L'Institut national du cancer (INCa) vient de lancer ce 18 février une grande campagne de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter