Des chiens qui « reniflent » un cancer du poumon

Des chiens qui « reniflent » un cancer du poumon

22.08.2011
Une équipe allemande publie un intéressant travail dans le « European Respiratory Journal » : des chiens renifleurs auxquels était présenté de l’air exhalé par des sujets sains ou des patients, se sont montrés capables de repérer des patients atteints d’un cancer du poumon avec une sensibilité de 71 %.
  • 1314024362274973_IMG_65680_HR.jpg

    Des chiens qui « reniflent » un cancer du poumon

On cherche depuis quelque temps à savoir si l’analyse de l’air exhalé par des patients peut permettre de repérer un cancer du poumon à un stade précoce. Cette idée est basée sur le fait que les cellules cancéreuses présentent des modifications métaboliques qui se traduisent par la présence dans l’air exhalé de composés organiques volatils (VOC) particuliers. Le problème est que les techniques de chromatographie gazeuse ou de spectroscopie de masse ne sont pas utilisables pour des raisons de coût et de technicité. En 2007, une équipe américaine montrait dans « Thorax » qu’un dispositif à peine plus gros qu’une pièce de monnaie était capable d’établir la signature des VOC spécifiques du cancer du poumon. Mais actuellement, aucune méthode n’a pu être transposée en clinique.

C’est dans ce contexte que l’équipe de Thorsten Walles (Schillerhoehe Hospital, Gerlingen) s’est intéressée au potentiel de chiens renifleurs, dressés pour la recherche d’explosifs ou de stupéfiants. L’étude a porté sur 220 volontaires soit sains, soit atteints d’un cancer du poumon, soit encore porteurs d’une BPCO. Des échantillons d’air exhalé provenant de ces volontaires ont été présentés à des chiens renifleurs entraînés. Résultat : ces chiens ont été capables de détecter un cancer du poumon avec une sensibilité de 71 % et une spécificité de 93 %, indépendamment de la présence de fumée de cigarette, d’odeurs alimentaires ou d’une BPCO.

Ces chiens renifleurs de cancer du poumon conduisent à se rappeler d’un travail français qui a montré qu’un berger belge malinois a pu détecter des cancers prostatiques en sentant l’urine de patients atteints. Et à se souvenir qu’au Japon, un retriever a pu, en sentant des échantillons de selles, retrouver des cancers coliques.

R. Ehmann et coll. « European Respiratory Journal ».

 Dr E. DE V.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter