Pénurie de médicaments : l’alerte des anesthésistes-réanimateurs

Pénurie de médicaments : l’alerte des anesthésistes-réanimateurs

20.08.2011
Les anesthésistes-réanimateurs s’inquiètent d’une « pénurie », voire de la « disparition » pure et simple de médicaments « indispensables » qui sont d’ordinaire à leur disposition. Une situation qui menace la sécurité des patients, selon la Société française d’anesthésie et de réanimation (SFAR).

« Aux pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités et d’anticiper ce que l’on voit arriver » comme « l’arrêt commercial pour raison économique touchant des produits indispensables et sans alternative », a déclaré le Dr Laurent Jouffroy, président de la SFAR.

Dans un texte qu’elle a publié, cette organisation affirme que des « ruptures de stocks des médicaments d’anesthésie-réanimation sont récurrentes depuis plusieurs années » mais que le phénomène « s’intensifie ».

Qu’elle soit liée à « des pénuries temporaires ou à la décision des laboratoires de cesser la fabrication », cette situation devient intolérable, dénonce la SFAR qui a obtenu le soutien de l’association de défense des malades « Le Lien ».

« Si l’on ne trouve pas de solution, le risque existe que l’on ne puisse plus réaliser d’anesthésie dans le cadre d’actes chirurgicaux ou diagnostics », précise le Dr Laurent Jouffroy.

Les ruptures de stocks concernent des médicaments utilisés par les anesthésistes-réanimateurs pour réaliser des anesthésies générales, locales ou péridurales (dont celles pour accoucher), sans omettre le traitement de la douleur, notamment lors de soins d’urgence.

La sécurité menacée

Ainsi le thiopental utilisé depuis 1936, qui sert aussi au traitement des traumatismes crâniens graves ou de certains états de mal épileptique, a cessé d’être commercialisé par le laboratoire américain qui approvisionnait la France. Or, il n’y a aucun moyen de contraindre un laboratoire à la production et à la commercialisation d’un produit. Même si des solutions de remplacement ont été provisoirement trouvées, elles ne pourront régler à long terme ce problème.

Les risques de rupture de stock touchent également la lidocaïne adrénalinée puisque la aussi le laboratoire a décidé de cesser la production. Selon la SFAR, ce « produit utilisé pour les péridurales, notamment lors des accouchements, ou encore les anesthésies locales ou locorégionales, fait partie de l’arsenal quotidien des professionnels de santé, dont les anesthésistes réanimateurs ».

Autre médicament qui pourrait être prochainement en rupture de stock, le propofol, « au prix dérisoire (moins d’un euro l’ampoule) qui a révolutionné l’anesthésie générale (utilisé dans 90 % de ces actes) et contribue à la sécurité des patients ».

« On a même déjà eu une rupture de stock de paracétamol intraveineux (antidouleur), qui a duré 6 mois parce que le laboratoire fabricant n’avait plus reçu de matière première pour le fabriquer », affirme le Dr Jouffroy dans une déclaration à l’AFP.

Enfin, les anesthésistes-réanimateurs appellent « leurs collègues professionnels de santé, mais aussi les patients, concernés au plus haut point » à être prêts à agir, « afin d’éviter une dégradation de la qualité des soins ».

JACQUES DEGAIN
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
csmf sml

Assistants médicaux, CPTS : malgré leurs critiques, la CSMF et le SML disent banco, signature officielle jeudi prochain !

Deux semaines après MG France, les cadres de la CSMF et du SML, réunis en assemblée générale respectivement samedi et dimanche, ont à leur tour donné à une très large majorité (entre 74 % et 94 %) mandat à leurs présidents pour... 33

Premier bilan du vaccin contre la grippe : des études en vie réelle pour évaluer son efficacité

vaccin anti grippe

La composition du vaccin contre la grippe étant actualisée chaque année, son efficacité doit être évaluée annuellement. À l’hôpital Cochin,... 5

Spécial jeunesQuand la génération Y refait le monde médical

Debat jeunes

Conditions de travail, démographie, accès aux soins, numérique… Invités à un débat exceptionnel du « Quotidien » en partenariat avec... 2

Focus « Risque cardiovasculaire » : après un infarctus, la prévention secondaire repose sur une approche individualisée du patient

post infarctus

« La prise en charge d'un patient en post-infarctus doit être individualisée », indique le Dr Pierre Attali, cardiologue aux hôpitaux univer... 1

ECNi 2019 : première journée sans accroc, des messages de soutien sur les réseaux

Ce lundi, 9 336 candidats ont démarré les épreuves classantes nationales informatisées (ECNi). Instaurées depuis 2004, les ECN clôturent... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter