Pénurie de médicaments : l’alerte des anesthésistes-réanimateurs

Pénurie de médicaments : l’alerte des anesthésistes-réanimateurs

20.08.2011
Les anesthésistes-réanimateurs s’inquiètent d’une « pénurie », voire de la « disparition » pure et simple de médicaments « indispensables » qui sont d’ordinaire à leur disposition. Une situation qui menace la sécurité des patients, selon la Société française d’anesthésie et de réanimation (SFAR).

« Aux pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités et d’anticiper ce que l’on voit arriver » comme « l’arrêt commercial pour raison économique touchant des produits indispensables et sans alternative », a déclaré le Dr Laurent Jouffroy, président de la SFAR.

Dans un texte qu’elle a publié, cette organisation affirme que des « ruptures de stocks des médicaments d’anesthésie-réanimation sont récurrentes depuis plusieurs années » mais que le phénomène « s’intensifie ».

Qu’elle soit liée à « des pénuries temporaires ou à la décision des laboratoires de cesser la fabrication », cette situation devient intolérable, dénonce la SFAR qui a obtenu le soutien de l’association de défense des malades « Le Lien ».

« Si l’on ne trouve pas de solution, le risque existe que l’on ne puisse plus réaliser d’anesthésie dans le cadre d’actes chirurgicaux ou diagnostics », précise le Dr Laurent Jouffroy.

Les ruptures de stocks concernent des médicaments utilisés par les anesthésistes-réanimateurs pour réaliser des anesthésies générales, locales ou péridurales (dont celles pour accoucher), sans omettre le traitement de la douleur, notamment lors de soins d’urgence.

La sécurité menacée

Ainsi le thiopental utilisé depuis 1936, qui sert aussi au traitement des traumatismes crâniens graves ou de certains états de mal épileptique, a cessé d’être commercialisé par le laboratoire américain qui approvisionnait la France. Or, il n’y a aucun moyen de contraindre un laboratoire à la production et à la commercialisation d’un produit. Même si des solutions de remplacement ont été provisoirement trouvées, elles ne pourront régler à long terme ce problème.

Les risques de rupture de stock touchent également la lidocaïne adrénalinée puisque la aussi le laboratoire a décidé de cesser la production. Selon la SFAR, ce « produit utilisé pour les péridurales, notamment lors des accouchements, ou encore les anesthésies locales ou locorégionales, fait partie de l’arsenal quotidien des professionnels de santé, dont les anesthésistes réanimateurs ».

Autre médicament qui pourrait être prochainement en rupture de stock, le propofol, « au prix dérisoire (moins d’un euro l’ampoule) qui a révolutionné l’anesthésie générale (utilisé dans 90 % de ces actes) et contribue à la sécurité des patients ».

« On a même déjà eu une rupture de stock de paracétamol intraveineux (antidouleur), qui a duré 6 mois parce que le laboratoire fabricant n’avait plus reçu de matière première pour le fabriquer », affirme le Dr Jouffroy dans une déclaration à l’AFP.

Enfin, les anesthésistes-réanimateurs appellent « leurs collègues professionnels de santé, mais aussi les patients, concernés au plus haut point » à être prêts à agir, « afin d’éviter une dégradation de la qualité des soins ».

JACQUES DEGAIN
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
19.08.2011 à 12h29

« La dégradation de la qualité des soins était prévisible depuis au moins 30 ans. Hélas, ni les syndicats médicaux ni les médecins eux-mêmes n'ont rien fait pour se faire respecter des pouvoirs public Lire la suite

Répondre
 
19.08.2011 à 01h05

« La concurrence à tout-va atteint ses limites. Derrière ce déficit de production, il y a un problème économique, les produits anciens bien connus ne sont pas les produits anciens bien connus ne sont Lire la suite

Répondre
 
18.08.2011 à 20h54

« Christian Lajoux (patron du LEEM) avait dit, dans un entretien, "le médicament n'est pas vendu assez cher, en France". C'était la phase 1. Voici la phase 2 : pénurie organisée. Phase 3 : les larmes Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 17

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment les territoires innovent sous la pressionDes villes moyennes font reculer les déserts

Abonné

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter