Enfant désiré ou non, des conséquences sur le développement

Enfant désiré ou non, des conséquences sur le développement

27.07.2011
Des enfants nés après une grossesse imprévue tendent à avoir un petit retard du développement cognitif à l’âge de 3 ans, mais cela s’explique entièrement par les facteurs socio-économiques. Les enfants nés d’une procréation médicalement assistée ont un développement sans accroc.
  • 1311778739274255_IMG_65520_HR.jpg

    Enfant désiré ou non, des conséquences sur le développement

Cette étude longitudinale a été réalisée au Royaume-Uni sur la « Millenium Cohort Study », pour savoir comment la planification de la conception et le traitement de l’infertilité influent sur le développement cognitif des jeunes enfants. Un total de 18 818 enfants ont été inclus à l’âge de 9 mois et suivis jusqu’à 3 et 5 ans. On a comparé à ces deux âges, les enfants de quatre groupes : ceux nés après une grossesse prévue, ceux nés après une grossesse non prévue et non désirée, ceux provenant d’une grossesse non prévue mais heureuse et ceux nés après une conception médicalement assistée. Ont été évaluées trois composantes de l’échelle cognitive « British Ability Scale » : l’habileté verbale, les aptitudes non verbales et l’habileté spatiale.

Les résultats montrent des scores moins performants chez les enfants nés après des grossesses non prévues comparativement aux grossesses programmées (par exemple, il y a une différence de 4,8 aux scores verbaux à 3 ans, ce qui est équivalent à un retard de 4 mois). Mais après des ajustements pour des facteurs sociodémographiques, ces différences s’atténuent, pour annuler le retard. Les enfants nés après PMA ont de meilleures aptitudes dans les tests verbaux (+ 3,8 à 3 ans et + 3,5 à 5 ans), ce qui suggère une avance de 3 à 4 mois en moyenne. Et cette différence n’a pas complètement disparu après ajustement pour les variables confondantes. Les enfants nés après traitement de l’infertilité ont des scores plus bas aux tests non verbaux et aux tests d’habilité spatiale, mais les différences ne sont pas significatives.

Ainsi, les enfants nés après une grossesse imprévue semblent se développer plus lentement (vocabulaire plus limité), mais cela s’explique par les circonstances défavorables. Et le traitement de l’infertilité n’a pas d’effet indésirable.

« BMJ », 2011. Doi :10.1136/bmj.dd73.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Plus de 120 médecins libéraux et hospitaliers dans la course aux législatives !

legislatives

Au moins 120 médecins de toutes spécialités se présentent aux élections législatives, qui auront lieu les dimanches 11 et 18 juin. La carte... Commenter

Précarité, accès aux soins, prévention, les premiers pas de la ministre Buzyn en visite à ATD Quart Monde

Buzyn ADT Quart Monde

En choisissant le centre de promotion familiale ATD Quart Monde de Noisy-le-Grand pour son premier déplacement, ce 24 mai, Agnès Buzyn a... 2

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter