Cancer de la prostate résistant : la testostérone est court-circuitée

Cancer de la prostate résistant : la testostérone est court-circuitée

26.07.2011
Des chercheurs texans ont identifié un mécanisme de résistance à la castration hormonale dans les cancers de la prostate. La dihydrotestostérone (DHT), puissant androgène, continuerait à être synthétisée par une voie alternative indépendante de la testostérone.
  • 1311695116274036_IMG_65478_HR.jpg

    Cancer de la prostate résistant : la testostérone est court-circuitée

Pourquoi les cancers de la prostate avancés deviennent-ils résistants à l’hormonothérapie après une réponse transitoire ? Une équipe de l’université du Texas, à Dallas, dirigée par le Dr Nima Sharifi vient d’apporter un élément de réponse qui bouscule les fondamentaux acquis en biochimie jusque-là. La testostérone (T) ne serait pas le précurseur obligé de la dihydrotestostérone (DHT). Une voie métabolique alternative se mettrait en place pour produire cet androgène trente fois plus puissant que l’hormone mâle de référence.

La DHT continuerait à être synthétisée malgré l’hormonothérapie et la chute de la testostéronémie consécutive non plus par la voie classique mais à partir des androgènes stéroïdiens. « L’hypothèse générale selon laquelle la progression tumorale est due à la testostérone est battue en brèche, déclare le Dr Nima Sharifi. D’autres voies métaboliques sont mises en jeu dans les cancers prostatiques résistant à la castration (CPRC). »

Cette voie alternative se mettrait en place grâce à la surexpression d’une enzyme spécifique, la 5 alpha réductase isoenzyme 1 (SDRA1). Cette dernière prend alors le pas sur la SDRA2, d’expression habituellement dominante au niveau de la prostate. L’androstènedione est ainsi d’abord transformée en 5 alpha-androstènedione sous l’action de la SDRA1, puis en DHT sous l’action d’une seconde enzyme.

Ces résultats, obtenus à partir d’observations in vitro, chez l’animal et sur deux biopsies prostatiques, suggèrent de nouvelles voies thérapeutiques dans les CPRC. Ce pourrait être par exemple une molécule ciblant l’enzyme SDRA1 afin de bloquer en amont la production de DHT. « Ces découvertes permettront également de développer des marqueurs fiables de réponse et de résistance à l’hormonothérapie, ajoute le chercheur. Ce qui aidera ensuite à mieux comprendre pourquoi et comment le mécanisme de résistance se met en place. »

Proceedings of the National Academy of Sciences, publié en ligne 25 juillet 2011. doi:10.1073/pnas.1107898108

Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 22

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter