Comment T. gondii et P. falciparum forcent la paroi cellulaire

Comment T. gondii et P. falciparum forcent la paroi cellulaire

22.07.2011
  • 1311349827273394_IMG_65338_HR.jpg

    Comment T. gondii et P. falciparum forcent la paroi cellulaire

L’étau se resserre autour de certains parasites. Toxoplasma gondii et Plasmodium falciparum (deux apicomplexes) viennent de révéler à l’échelon moléculaire comment ils ouvrent une porte dans la membrane de la cellule qu’ils infectent. Le mérite en revient à l’équipe CNRS-INSERM dirigée par Maryse Lebrun, à Montpellier, au sein du laboratoire « Dynamique des interactions membranaires normales et pathologiques ».

Les chercheurs ont récemment compris le mécanisme d’entrée de ces parasites tant au niveau cellulaire que moléculaire. Ils ont constaté qu’à la jonction entre les membranes de la cellule hôte et du parasite se forme un complexe protéique, la « jonction mobile » (JM). Ils ont également remarqué la grande originalité de ce mode de liaison. En effet, le parasite fournit à la fois le récepteur et le ligand. Il insère le complexe protéique RON2 (rhoptry neck proteins) dans la paroi cellulaire, qui fonctionne ensuite comme récepteur de l’antigène fourni par le parasite, le ligand AMA1 (apical membrane antigen).

Le travail publié dans la revue « Science » est la reconstitution tridimensionnelle de la jonction mobile TRON2-AMA1 chez T. gondii. Les chercheurs (aidés de Canadiens de Victoria) ont cartographié les acides aminés essentiels à l’interaction récepteur-ligand et à la formation de la jonction mobile. Ils ont découvert que le peptide RON2 s’insère dans le sillon hydrophobe d’AMA1, ce qui permet au parasite de vaincre les obstacles mécaniques au cours de l’invasion de l’hôte. Une action sur cette région est susceptible d’inhiber l’invasion des hématies par P. falciparum en empêchant la création de la jonction mobile.

Outre les infections humaines, les apicomplexes se montrent très présents en médecine vétérinaire. La découverte française pourrait donc ouvrir des voies thérapeutiques tant au plan humain, qu’animal.

« Science » 21 juillet 2011.

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 9

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

Réguler l'installation des spécialistes de secteur II en zone surdotée : la mesure choc du CESE

cese

Depuis plusieurs semaines, la question de la liberté d'installation ne quitte pas le débat public. Le Conseil économique, social et... 18

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter