Attaquer le cancer de l’ovaire par ses cellules mésenchymateuses

Attaquer le cancer de l’ovaire par ses cellules mésenchymateuses

20.07.2011
Des chercheurs ont découvert dans le cancer de l’ovaire que certaines cellules normales sont détournées à des fins d’alimentation des cellules cancéreuses. Et qu’il est possible d’inhiber une protéine qui sert d’intermédiaire dans ce processus. Des recherches cliniques devraient commencer dans l’année qui vient.
  • 1311174521272641_IMG_65223_HR.jpg

    Attaquer le cancer de l’ovaire par ses cellules mésenchymateuses

Ronald Buckanovich et coll. (Université de Michigan, États-Unis) ont regardé de près les cellules mésenchymateuses présentes dans le tissu ovarien. Ces cellules sont normalement multipotentes, dévolues à se spécialiser en fonction de l’organe où elles se trouvent (pour former du cartilage, de la graisse, etc.) et à la cicatrisation. Les chercheurs ont utilisé des modèles de souris et des échantillons de tissus humains d’ovaires sains et porteurs de cancer. On s’aperçoit que les cellules mésenchymateuses associées aux carcinomes ovariens sont différentes de celles trouvées ailleurs dans l’organisme. Ces cellules sont « prises en otage par les cellules cancéreuses pour servir à les alimenter », décrivent les auteurs. Et elles sont impliquées dans la promotion de la croissance tumorale, car elles participent à accroître le nombre des cellules souches carcinomateuses.

Les analyses confirment la présence des cellules mésenchymateuses associées au cancer. Et on observe que, dans les tissus cancéreux au niveau des cellules mésenchymateuses, l’expression de BMP2, une protéine régulatrice, est significativement augmentée. Le taux de BMP2 est multiplié par trois. Expérimentalement, l’ajout de BMP2 à des cellules cancéreuses in vitro produit une croissance cellulaire.

« L’inhibition de BMP2 pourrait représenter une approche thérapeutique dans le cancer ovarien. » En effet, en administrant un inhibiteur connu (nommé Noggin) chez l’animal, on empêche les cellules mésenchymateuses de déclencher la croissance des cellules souches tumorales. « Des doses élevées de Noggin ne seraient pas tolérables chez les humains », notent les auteurs. « La prochaine étape va consister à aborder ce problème, d’abord en tentant de cibler la vascularisation du cancer pour administrer le Noggin au plus près des cellules. »

Les recherches vont se poursuivre en laboratoire. Et deux études cliniques devraient commencer dans l’année qui vient.

« Journal of Clinical Investigation », 18 juillet 2011.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 1

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 3

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter