Perturbateurs endocriniens : agir à bon escient

Perturbateurs endocriniens : agir à bon escient

13.07.2011
Les données scientifiques sont aujourd’hui suffisamment nombreuses pour se prémunir contre les perturbateurs endocriniens. Le sénateur Gilbert Barbier, auteur d’un rapport pour l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, propose notamment d’apposer un logo pour mettre en garde les femmes enceintes sur les produits qui en contiennent.
  • 1310574574271331_IMG_65005_HR.jpg

    Perturbateurs endocriniens : agir à bon escient

Quelles précautions faut-il prendre vis-à-vis des perturbateurs endocriniens ? En mai dernier, contre toute attente et malgré l’opposition du gouvernement, la proposition de loi d’Yvan Lachaud (Nouveau Centre), qui visait à interdire « la fabrication, l’importation, la vente ou l’offre de produits contenant des phtalates, des parabènes ou des alkyphénols », était adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale. Toutefois, cette interdiction totale, sans discrimination d’utilisation, est « inapplicable », estime Gilbert Barbier (RDSE), dont le rapport sur les perturbateurs endocriniens vient d’être approuvé par les membres de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques.

Face aux données scientifiques qui « rendent crédible un lien de causalité » entre certaines maladies (comme les cancers) et l’action de substances perturbant le système endocrinien, il reste cependant nécessaire d’agir, plaide le chirurgien, qui milite pour une « interdiction raisonnée ». Dans le cadre de la législation européenne, des mesures d’interdiction doivent être envisagées en fonction « des produits, des usages, des possibilités de substitution et d’une balance bénéfice-risque ».

Femmes enceintes et jeunes enfants.

Gilbert Barbier demande ainsi l’accélération du retrait des phtalates à « chaîne courte » (DEHP) dans les applications médicales à destination des femmes enceintes et des jeunes enfants. Car plus que l’effet de dose, c’est bien la « fenêtre d’exposition » qui pose problème. La grossesse et la prime enfance constituent particulièrement une période de fragilité. « La question des perturbateurs endocriniens remet en cause la toxicologie classique selon laquelle il existe un lien entre la dose et l’effet d’un poison », poursuit le sénateur. Il est donc impossible d’appréhender les perturbateurs endocriniens par la seule dose journalière acceptable. Les conséquences sur la santé ne sont pas linéaires avec l’importance de la dose d’autant qu’il faut parallèlement envisager l’effet cocktail de plusieurs substances.

« Accroître les connaissances disponibles est une priorité », affirme Gilbert Barbier, qui reconnaît qu’au niveau européen comme au niveau français, d’importants moyens sont d’ores et déjà consacrés aux perturbateurs endocriniens. Mais ce foisonnement de recherches n’est pas pour autant une stratégie, estime-t-il, en appelant de ses vœux une meilleure coordination, en fonction notamment d’une stratégie définie en « interministériel ». Il souhaite également que la validation de tests internationaux permettant de détecter les perturbateurs endocriniens aboutisse d’ici à 2013.

En attendant de nouvelles données, Gilbert Barbier propose la mise en place d’une démarche de prévention. Il envisage notamment d’apposer un pictogramme similaire à celui présent sur les bouteilles d’alcool « pour indiquer, sans ambiguïté, aux femmes enceintes ou allaitantes qu’elles devraient éviter de s’exposer, elles et leurs jeunes enfants, à des produits contenant des perturbateurs endocriniens ». L’apposition de ce logo pourrait être soumise à un avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation et de l’environnement (ANSES), suggère le sénateur. Il s’agit d’un rapport d’étape, précise Gilbert Barbier en invitant les pouvoirs publics à s’engager dans une protection « dynamique et évolutive » de la santé et des consommateurs, « sans que les choses soient figées une fois pour toute ».

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Prise de têtes à la FHF ?

gruson

Le délégué général de la Fédération hospitalière de France (FHF) David Gruson pourrait quitter ses fonctions pour cause de conflit avec le... Commenter

Aluminium dans les vaccins : rien pour l'instant ne remet en cause la balance bénéfice risque

vaccins

« Vaccins. Le rapport qui dérange » titre en « une » « le Parisien » de ce 22 septembre. « Exclusif. D'après un rapport sérieux et inédit, b... Commenter

À Bourgoin-Jallieu, médecins et personnels de l'hôpital s'élèvent contre un « management destructeur »

Mercredi, une dizaine de médecins et professionnels de santé se sont donné rendez-vous devant le Centre hospitalier Pierre-Oudot de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter