Autisme : les professionnels consultés sur de nouvelles recommandations

Autisme : les professionnels consultés sur de nouvelles recommandations

11.07.2011
La HAS et l’ANESM souhaitent recueillir l’avis des professionnels sur la version préliminaire de leurs recommandations de bonne pratique pour améliorer le suivi et l’accompagnement des enfants et adolescents autistes ou souffrant d’autres troubles envahissants du comportement.
  • 1310392684270600_IMG_64900_HR.jpg

Dans le cadre du plan Autisme 2008-2010, la Haute Autorité de santé (HAS) et l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM) ont élaboré une série de recommandations encore provisoires sur l’autisme et les troubles envahissants du comportement (TED) chez les enfants et adolescents. Ces recommandations doivent permettre aux professionnels de « mieux évaluer les besoins et ressources individuels de l’enfant et de sa famille, dans chacun des domaines de fonctionnement et de participation habituellement touchés par les conséquences des TED ». Le but étant de pouvoir correctement définir « un projet individualisé d’interventions coordonnées ».

Parmi les axes d’intervention prioritaires, la HAS et l’ANESM insistent sur l’importance d’une prise en charge précoce. Lorsqu’un TED est suspecté chez un enfant ou adolescent, l’évaluation initiale du fonctionnement doit être réalisée, avec l’accord des parents, « dans les délais les plus brefs » et au plus tard dans les trois mois après la première consultation ayant évoqué un trouble du développement. « La mise en place des interventions peut débuter avant même que l’ensemble des évaluations initiales soient terminées », indique la HAS. Tout au long de la prise en charge, il est essentiel que les professionnels favorisent l’expression et l’écoute de l’enfant ou de l’adolescent, qui « doit être positionné d’emblée comme acteur de son accompagnement ».

En ce qui concerne le suivi, la HAS recommande une évaluation au minimum annuelle par l’équipe de proximité mettant en œuvre les interventions auprès du jeune sujet (réseau libéral, structure médico-sociale, service de pédopsychiatrie, etc.). Pour les enfants âgés de 2 à 6 ans, une évaluation complémentaire par une équipe spécialisée (Centre d’action médico-sociale précoce, service de pédopsychiatrie, neuropédiatrie, etc.) doit être menée tous les deux ans, puis reconduite ultérieurement « aux âges et situations de transition ».

Les recommandations détaillent les bonnes pratiques à ce jour arrêtées par la HAS et l’ANESM autour des divers examens d’évaluation et modes d’intervention auprès de ces enfants et adolescents. La question des traitements médicamenteux et biomédicaux est abordée, tout comme l’organisation des interventions éducatives et thérapeutiques coordonnées tout au long du parcours de l’enfant ou de l’adolescent.

En ligne.

Avant la finalisation de leurs recommandations, la HAS et l’ANESM souhaitent recueillir l’avis des organismes, institutions et associations impliqués dans le suivi et l’accompagnement des enfants et adolescents atteints d’autisme ou autre TED. Les professionnels ont jusqu’au 9 septembre pour faire part de leurs critiques et remarques sur la version préliminaire de ces recommandations de bonne pratique via le questionnaire disponible sur le site Internet de la HAS. Une synthèse des commentaires recueillis sera alors remise aux membres du groupe de travail de la HAS et de l’ANESM qui rédigera la version finale de ces recommandations. Ces dernières devraient être publiées au premier trimestre 2012.

DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
13.07.2011 à 16h06

« Que faire quand un enfant est dysphasique et que personne n'est capable de donner à la famille l'adresse d'un établissement scolaire spécialisé qui puisse accueillir l'enfant à la prochaine rentrée Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter