E. coli à Lille : le génome de la bactérie est décrypté

E. coli à Lille : le génome de la bactérie est décrypté

08.07.2011
En moins de trois jours, une équipe de l’Institut Pasteur de Lille a réussi à réaliser le séquençage complet du génome de la souche d’ Escherichia coli O157, isolée d’un des enfants hospitalisés au CHRU de Lille, une « première mondiale », selon les chercheurs.
  • 1310140544270393_IMG_64857_HR.jpg

    E. coli à Lille : le génome de la bactérie est décrypté

La prouesse des chercheurs devrait aider, à terme, à mieux comprendre comment l’évolution du patrimoine génétique d’E. coli a pu amener à de telles conséquences pathologiques chez l’homme. De même, elle devrait permettre d’accélérer la mise au point de nouveaux outils de diagnostic et d’améliorer la prise en charge thérapeutique. « Ce qu’on a trouvé n’a pas d’impact sur le traitement des patients » hospitalisés à Lille, a souligné Philip Supply, directeur de recherche au CNRS à l’institut lillois. Mais « à moyen terme, on pourra par exemple savoir précisément quel genre de toxines sont produites, comprendre la résistance aux antibiotiques, et développer des vaccins ».

L’opération a pu être réalisée grâce à une nouvelle technologie de séquençage par semi-conducteurs (Ion Torrent, Life Technologies) qui permet de déchiffrer un génome en un temps record à partir d’une « librairie » d’ADN stockée dans une puce électronique. Il a été facilité par la coopération entre les équipes. « Le laboratoire de microbiologie du CHRU a isolé et cultivé la souche puis l’a transmise aux équipes de la plateforme de Transcriptomique et Génétique appliquée de l’Institut Pasteur de Lille et de l’équipe R & D génomique de la société Gènes Diffusion », explique Pasteur Lille.

Depuis le début de l’épidémie déclarée en juin dans le nord de la France, 18 cas de syndrome hémolytique et urémique (SHU) ont été identifiés, dont 11 (tous des enfants) ont été rattachés à la consommation de viande surgelée contaminée de la marque « Steak Country ». Certains parents ont déposé une plainte pour blessures involontaires, un délit passible de trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Leurs plaintes ont été centralisées au parquet de Douai. L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Lille et à l’Office central de lutte contre les atteintes à la personne.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 7

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter