Les médecins plébiscitent la vaccination

Les médecins plébiscitent la vaccination

07.07.2011
« Plus de 95 % des médecins se déclarent favorables à la vaccination dans leur pratique quotidienne et 8 sur dix discutent de ses bénéfices et de ses risques avec leurs patients », affirme une enquête de la DREES, des Observatoires régionaux de santé (ORS) et des Unions régionales des professionnels de santé (URPS) de Bourgogne, des Pays de la Loire et de Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  • 1310048929269835_IMG_64708_HR.jpg

    Les médecins plébiscitent la vaccination

L’ÉTUDE publiée par la DREES (services statistiques des ministères sociaux) a été réalisée auprès d’un panel de 1 431 généralistes exerçant en France métropolitaine et dans les trois régions partenaires de l’étude. Dans le contexte de relative méfiance liée à la pandémie grippale, l’enquête, menée entre juin et décembre 2010, avait pour objectif de décrire les attitudes et pratiques des médecins vis-à-vis de la vaccination en général et de la vaccination contre la grippe A(H1N1)2009 en particulier.

Une très large majorité s’est donc déclarée plutôt ou très favorable à la vaccination comme moyen de prévention, avec cependant un pourcentage d’opinions très favorables significativement moins élevé (60 contre 66 %) chez les généralistes de la région PACA. Neuf médecins sur dix déclarent noter le statut vaccinal du patient sur le dossier médical.

La vaccination contre la grippe saisonnière fait aussi l’objet d’une large adhésion : 96 % des médecins déclarent la conseiller à leurs proches de plus de 65 ans et près de 9 sur 10 se trouvent efficaces pour obtenir l’adhésion de leurs patients à cette vaccination. Des chiffres témoignent « de la confiance des médecins généralistes dans la sécurité de cette vaccination », soulignent Pierre Verger et coll. Cette confiance vaut aussi pour eux-mêmes, puisqu’ils sont 72 % à déclarer s’être fait vacciner contre la grippe saisonnière trois années consécutives et 81 % à s’être fait vacciner au moins une fois. Les taux n’atteignent pas l’objectif de 75 % fixé pour la vaccination des groupes cibles mais ils « sont relativement élevés en comparaison des taux de couverture vaccinale constatés chez les médecins dans la plupart des pays et estimés à moins de 50 % », commentent les auteurs.

Un rôle important.

Concernant la vaccination contre la pandémie grippale, 60 % se sont fait vacciner, majoritairement en novembre 2009. Les principaux freins cités par les non-vaccinés étaient : les informations contradictoires diffusées dans les médias, le manque de confiance dans les pouvoirs publics, la faible gravité de l’épidémie, mais aussi le manque de données fiables sur l’efficacité du vaccin et la crainte des effets secondaires. L’étude révèle que « les médecins ayant eu dans leur patientèle des patients hospitalisés pour une infection grippale pandémique et percevant probablement la gravité de l’épidémie de façon plus aiguë, se sont aussi vaccinés plus fréquemment ». Les médecins ont été consultés très souvent, soit au cabinet (68 %) soit par téléphone (71 %), pour donner un avis sur la vaccination et ils étaient 71 % à l’avoir conseillée aux adultes jeunes appartenant à un groupe à risque. Ils l’ont d’autant plus recommandée qu’ils s’étaient eux-mêmes vaccinés (89 % des médecins vaccinés contre 46 % des non vaccinés). « On peut penser que les médecins généralistes de ville ont effectivement joué un rôle important dans la décision des personnes de se faire vacciner ou non », notent encore les auteurs.

En ce qui concerne, l’organisation de la campagne, 67 % ont déclaré avoir été d’accord en juillet 2009 avec la vaccination en priorité des professionnels de santé et trois quarts d’entre eux n’ont pas changé d’avis dans les mois qui ont suivi. Une forte majorité (75 %) des médecins se déclarent plutôt pas ou pas du tout favorables à la campagne de vaccination en centre dédié, la grande majorité estimant être équipés pour administrer le vaccin (moyens de réception, de stockage et d’administration en doses multiples). Ils sont un peu moins nombreux à déclarer avoir les moyens d’organiser des séances de vaccination en cabinet (60 %) ou de gérer les formulaires de pharmacovigilance.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter