Indications restreintes pour la nitrofurantoïne

Indications restreintes pour la nitrofurantoïne

07.07.2011
Les médicaments à base de nitrofurantoïne étaient à l’ordre du jour de la commission d’AMM, ce matin. Concluant près de six mois de travail, les experts jugent utile de restreindre, chez l’adulte, la prescription de ces molécules au cadre strict de leur indication actuelle : le traitement de la cystite aiguë non compliquée de la femme. Cette recommandation sera notifiée dans les jours prochains.
  • 1310053118269911_IMG_64724_HR.jpg

    Indications restreintes pour la nitrofurantoïne

Les enquêtes de pharmacovigilance, tant françaises qu’internationales, ont mis en en évidence deux ordres de risques immunoallergiques avec cette classe thérapeutique. Il s’agit, tout d’abord, d’atteintes hépatiques de type cytolytique ou cholestatique, concernant plutôt le sujet jeune. Un cas a été récemment rapporté ayant conduit à une transplantation hépatique. Ensuite, ont été décrites des atteintes pulmonaires. Plus fréquentes que les précédentes, elles touchent plutôt le sujet âgé.

Mais, comme l’explique Daniel Vittecoq, qui préside la commission d’AMM, ces molécules présentent aussi un profil d’indication attractif. Dans le cadre de la cystite, les molécules à base de nitrofurantoïne, se montrent actives sur les bactéries productrices de bêtalactamase à spectre étendu, dont la fréquence augmente. Aussi « les spécialistes ne veulent pas les immoler au nom de la tolérance ».

La restriction d’indication va donc porter sur les traitements prolongés ainsi que sur les traitements préventifs. D’autant que dans cette dernière indication, il existe un pourcentage non négligeable d’automédication. « L’indication retenue, qui est celle de l’AMM, est de 5 jours de traitement dans le cadre d’une infection urinaire chez la femme. »

Dès publication de la modification un message sera adressé aux médecins traitants. « Une information de la population sera faite compte tenu de la fréquence élevée des cystites », ajoute Dominique Maraninchi, directeur général de l’AFSSAPS. Il complète « il ne faudrait pas assister à un report de prescriptions sur les fluoroquinolones. Il existe des alternatives thérapeutiques dont la fosfomycine, insuffisamment utilisée ». Le trimétoprime pourrait constituer un autre recours, à condition que l’industrie pharmaceutique le remette sur le marché.

« Cette décision est une bonne illustration du rapport bénéfice-risque d’un médicament. Elle est la démonstration d’une décision conjointe équilibrée entre les commissions d’AMM et de pharmacovigilance », conclut Dominique Maraninchi. Des recommandations générales sur la prise en charge de la cystite de la femme seront établies à la rentrée.

Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 8

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 5

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter