L’IGAS prône une profonde réforme de la pharmacovigilance et la suppression des visiteurs médicaux

L’IGAS prône une profonde réforme de la pharmacovigilance et la suppression des visiteurs médicaux

22.06.2011

Le deuxième rapport de l’Inspection générale des affaires sociales sur le médicament juge sévèrement le système de pharmacovigilance, dont il souligne les graves défaillances. L’IGAS se prononce pour une réforme d’envergure. Elle prône une reconstruction complète de la politique du médicament et est favorable à la suppression de la visite médicale.

LE DIAGNOSTIC est sans appel : l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), dans son deuxième rapport sur le médicament, fustige les « graves défaillances globales des politiques et des autorités publiques du médicament en général et du système de pharmacovigilance en particulier ». Une situation d’autant plus inquiétante, aux yeux des rapporteurs, que la plupart des autres pays européens, notamment la Grande-Bretagne, ont su adapter leur dispositif aux nouveaux impératifs de sécurité du médicament. D’où la nécessité de mettre en place une profonde réforme.

En particulier, simplifier la notification des cas et des incidents est un impératif et une priorité. Pour l’IGAS, le système est trop compliqué et trop lourd aujourd’hui. Dans le même état d’esprit, il faut élargir le champ des notificateurs et les inciter plus fortement à déclarer les cas qu’ils rencontrent ou dont ils ont connaissance. Les patients doivent pouvoir déclarer eux-mêmes les effets graves ou inattendus.

Les conseils régionaux de pharmacovigilance doivent être réorganisés et implantés dans les Agences régionales de santé (ARS), avec un pilotage par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) pour leurs missions nationales, « qui doivent constituer la plus grande part de leur activité, et un pilotage par l’ARS pour les missions régionales, notamment l’analyse des erreurs médicamenteuses ». Dans la logique de ce raisonnement, le rapport propose le développement d’un département de pharmaco-épidémiologie au sein de l’AFSSAPS et cela exige l’accès aux bases de données de l’assurance-maladie.

Un organisme public d’information.

Autre impératif : rééquilibrer les rapports entre l’Agence et les laboratoires. Dans ce cadre, il convient notamment d’exiger des firmes les données complètes des essais cliniques, d’imposer des délais de réponse aux industriels si les autorités souhaitent des compléments d’information, d’exiger des études supplémentaires dans des délais contraints, d’annuler des décisions favorables au laboratoire en cas de conflit d’intérêt, de prévoir des sanctions proportionnées aux enjeux en cas de non-respect des engagements par les laboratoires. Il faut, poursuit l’IGAS, « donner la priorité au principe de précaution », qui doit profiter au patient. Dans ce cadre, elle s’insurge contre le fait que des médicaments restent sur le marché alors qu’ils ont été « proposés au déremboursement par la commission de transparence pour des raisons de sécurité sanitaire »

Pour les rapporteurs, le développement d’une expertise interne à l’AFSSAPS est indispensable, tant pour la pharmacovigilance que pour les autorisations de mise sur le marché. Elle propose dans ce cadre une refonte complète de l’actuelle procédure d’AMM, dont elle veut changer le nom. Il s’agit, dit-elle, d’évaluer désormais « les médicaments candidats à la commercialisation de façon plus stricte en introduisant le critère de la valeur ajoutée thérapeutique ».

Une réforme d’ampleur est également proposée concernant l’évaluation médico-économique des médicaments. Ne pourrait mis sur le marché qu’un médicament de référence et non, comme aujourd’hui, « un médicament simplement équivalent à ce que l’on a déjà ». Pour être remboursé, un médicament devrait s’inscrire dans une stratégie de santé précise et être soumis à « une évaluation médico-économique positive ». La mission suggère une réduction du nombre de spécialités, en ne retenant que celles qui se révéleraient essentielles « à la couverture des besoins de santé publique ».

S’agissant de l’information des professionnels de santé, la mission se prononce pour la suppression pure et simple de la visite médicale. Pour elle, il n’y a pas« d’alternative à cette interdiction ». L’IGAS propose, à la place, la constitution d’un organisme public d’information sur le médicament, « filiale commune de l’AFSSAPS, de la HAS et de l’assurance-maladie ». Un organisme qui aurait également pour tâche d’informer les patients.

JACQUES DEGAIN
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
22.06.2011 à 13h17

« Vous avez dit soviétique ? »

Répondre
 
22.06.2011 à 11h05

« Bravo à l'attitude courageuse de l'IGAS, et merci pour la suppression des médicaments doublons sans intérêt... Ce sera toujours ça de moins à mémoriser pour le médecin, et, pour la suppression de l Lire la suite

Répondre
 
22.06.2011 à 06h32

« Enfin ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cannabis : le gouvernement veut mettre en place une contravention pour sanctionner l'usage et la détention

cannabis

Interrogé mercredi sur BFMTV, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'une simple contravention pourrait, dans les prochains mois,... 3

G7 : la Sicile est en état d’alerte après l’attentat de Manchester

Taormina G7

Une cité blindée et 400 opérateurs de santé spécialisés déployés sur le terrain. À l’occasion du G7 qui se tient les 26 et 27 mai à... Commenter

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter