Deux progrès dans le mélanome

Deux progrès dans le mélanome

06.06.2011
Deux études de phase III présentées à l’ASCO montrent l’intérêt du vemurafenib dans le mélanome métastatique non opérable et de l’ipilimumab dans le mélanome avancé.
  • 1307375192261003_IMG_62511_HR.jpg

    Deux progrès dans le mélanome

L’étude de phase III, BRIM3, dont l’investigateur principal est la Française Caroline Robert (IGR, Villejuif), visait à comparer l’efficacité du vemurafenib au traitement standard par dacarbazine en première ligne de traitement chez des patients atteints de mélanome métastatique avancé non opérable et porteur de la mutation V600E sur le gène BRAF. Des études antérieures ont montré que 50 % des mélanomes présentent cette mutation V600E spécifique du gène BRAF.

BRIM3 randomisée, conduite dans 108 centres, a inclus, entre le 4 janvier et le 16 décembre 2010, 675 patients atteints d’un mélanome métastatique avancé (grade IIIC ou IV) non opérable et porteur de la mutation V600E sur le gène BRAF. La moitié des patients a reçu le vemurafenib, inhibiteur de BRAF, l’autre moitié recevant le traitement standard, une chimiothérapie à base de dacarbazine.

Résultat : le taux de réponse objective a été de 48,4 % avec le vemurafenib versus 5,5 % avec la dacarbazine. La survie sans progression est en moyenne de 1,6 mois avec la dacarbazine et de 5,3 mois avec le vemurafenib. La durée de survie globale n’est pas encore déterminée avec certitude car l’étude est récente ; toutefois, les résultats de l’analyse intermédiaire montrent, avec une significativité statistique très puissante, un avantage pour le vemurafenib en termes de survie globale avec une diminution du risque de décès de 63 % avec le vemurafenib par rapport à la dacarbazine.

Autre étude de phase III présentée à l’ASCO, et dont le Dr Caroline Robert est également l’investigateur principal, un travail qui comparait en première ligne une nouvelle immunothérapie, l’ipilimumab, associée au traitement standard, la dacarbazine, à la dacarbazine associée à un placebo.

Cette étude a porté sur 502 patients atteints de mélanome avancé (grade III ou IV). L’objectif principal, qui était la survie sans progression, est atteint avec une survie globale médiane de 11,17 mois avec ipilimumab + dacarbazine contre 9,07 mois avec la dacarbazine seule. Le pourcentage de patients vivants est de 47,8 % versus 36,3 % après un an et de 20,8 % versus 12,2 % après trois ans. « En accord avec les résultats de la précédente étude de phase III, ce ne sont pas tant les taux de réponse qui sont remarquables avec ce nouveau traitement (15,2 % versus 10,3 %) mais la durée moyenne des réponses qui est de 19,3 mois avec ipilimumab + dacarbazine versus 8,1 mois avec la dacarbazine seule », conclut un communiqué de l’IGR.

> Dr EMMANUEL DE VIEL 
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... Commenter

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 3

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter