Portable : le CIRC reconnaît un risque possible de cancers

Portable : le CIRC reconnaît un risque possible de cancers

01.06.2011
Réunis à Lyon depuis une semaine, les experts internationaux du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) ont finalement statué que l’usage des téléphones portables pouvait être cancérogène en le classant dans le groupe 2B. Toutefois, le risque de cancer n’est pas quantifié.
  • 1306942902259986_IMG_62273_HR.jpg

    Portable : le CIRC reconnaît un risque possible de cancers

« Les preuves, qui continuent à s’accumuler, sont assez fortes pour justifier » une classification de l’usage du téléphone portable en « peut être cancérogène pour l’homme » (groupe 2B), indique Jonathan Samet, président du groupe de travail. Les experts de 14 pays, rassemblés sous l’égide du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) – agence de l’OMS dédiée aux champs électromagnétiques de radiofréquence –, ont analysé toute la littérature scientifique (les conclusions seront publiées dans le « Lancet Oncology » du 1er juillet 2011).

Le classement 2B, basé « sur des études épidémiologiques montrant un risque accru de gliome, un type de cancer du cerveau associé avec l’usage du téléphone portable », indique qu’« il peut y avoir un risque, et que donc nous devons surveiller de près le lien entre les téléphones portables et le risque de cancer », ajoute Jonathan Samet. Il est identique à celui, par exemple, de la laine de verre et des vapeurs d’essence. « Il est important que des recherches complémentaires soient menées sur l’utilisation intensive, sur le long terme, des téléphones portables », a souligné Christopher Wild, directeur du CIRC. « Dans l’attente de la disponibilité de telles informations, il est important de prendre des mesures pragmatiques afin de réduire l’exposition (aux ondes) », a-t-il ajouté. Conseiller la pratique des SMS ou l’utilisation d’un kit mains-libres permettrait d’abaisser de 10 fois l’exposition.

Gliomes et neurinomes.

S’il existe un lien possible pour les gliomes et les neurinomes de l’acoustique, les experts estiment toutefois qu’il n’est pas possible de tirer des conclusions pour les autres types de cancer. Par ailleurs, le risque de cancer n’a pas été quantifié. « Concernant les forts utilisateurs, il faut faire attention, car les données épidémiologiques remontent à 10 ans. Entre-temps, la technologie a beaucoup évolué et les téléphones modernes ont une émission beaucoup plus basse que les anciens », explique le Dr Robert Baan, chercheur au CIRC. « Il y a une amélioration de la technologie mais il y a aussi une augmentation de l’usage, il est difficile de faire la balance entre les deux », a-t-il ajouté. Le groupe de travail se base essentiellement sur l’étude Interphone qui a étudié un usage du portable jusqu’en 2004 et a montré une augmentation de 40 % du risque de gliomes chez les plus gros utilisateurs (à l’époque définis comme utilisant l’appareil pendant en moyenne 30 minutes par jour pendant 10 ans). Le Pr Gérard Lasfargues, directeur général adjoint de l’Agence de sécurité sanitaire de l’environnement (ANSES), s’est dit « satisfait » des conclusions de l’OMS qui rejoignent celles auxquelles était parvenue l’Anses (qui s’appelait alors AFSSET) en 2009. L’Agence maintient toujours une veille scientifique sur le sujet via, notamment, un groupe de travail permanent « Radiofréquences et santé ».

« À partir d’aujourd’hui, plus personne ne pourra dire "le risque n’existe pas" et, chacun à son niveau – politiques, opérateurs, employeurs, utilisateurs, parents –, devra en tenir compte », a déclaré Janine Le Calvez, présidente de l’association Priartem qui se bat également contre les antennes-relais. La Fédération française des télécoms rappelle, de son côté, que les opérateurs incluent un kit oreillette dans chaque coffret de téléphone mobile tandis que les professionnels américains, regroupés au sein de l’association CTIA, contestent les conclusions du CIRC. Il y a désormais 5 milliards d’abonnements à la téléphonie mobile dans le monde dont 64 millions en France.

> STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter