Les médecins français appelés à signaler les SHU

Les médecins français appelés à signaler les SHU

27.05.2011
La Commission européenne alerte les pays européens sur l’origine de l’épidémie d’infections à Escherichia coli producteurs de shigatoxines (STEC), qui touche l’Allemagne depuis la mi-mai. Des concombres contaminés venus d’Espagne seraient en cause. Les médecins sont appelés à signaler les diarrhées sanglantes et les SHU à leur agence régionale de santé.
  • 1306506756259079_IMG_62042_HR.jpg

    Les médecins français appelés à signaler les SHU

LE BILAN de l’épidémie d’infections à E. coli qui touche l’Allemagne depuis la mi-mai s’alourdit. Plus de 500 cas ont déjà été identifiés, dont 276 de syndrome hémolytique et urémique (SHU) et trois décès, selon les dernières données de l’Institut Robert-Koch.

Les investigations épidémiologiques qui se poursuivent en Allemagne sont maintenant en faveur d’une épidémie liée à la consommation de concombres contaminés importés d’Espagne. Selon la Commission européenne, qui a lancé l’alerte via le système d’alerte rapide RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed), deux régions espagnoles sont concernées, Malaga et Almeria. « Les investigations se poursuivent en Allemagne afin d’identifier d’autres sources potentielles parmi lesquelles un autre lot de concombres provenant des Pays-Bas et commercialisé en Allemagne », souligne la Commission. Aucun cas n’a été signalé en Espagne, où les autorités cherchent à localiser l’exploitation contaminée.

Dans les quatre autres pays européens touchés, les cas concernent des Allemands en visite ou des personnes ayant séjourné en Allemagne : 10 cas ont été recensés en Suède, 4 au Danemark, 3 au Royaume-Uni et 1 aux Pays-Bas. La Commission réitère son appel à la vigilance pour tous les citoyens européens qui ont récemment fait un voyage en Allemagne.

Depuis le 21 mai, date du premier décès enregistré, une femme de 83 ans admise dans un hôpital de la Basse Saxe le 15 mai pour des colites hémorragiques, les cas de SHU se sont multipliés en Allemagne, touchant en majorité des adultes, dont 68 % de femmes.

Selon les analyses du Centre national allemand de référence, la bactérie en cause serait d’un sérogroupe « rare », O104. « L’épisode actuel est le plus important jamais décrit dans le monde, en particulier en Allemagne, et présente une distribution par âge et par sexe très atypique », note une communication publiée dans le bulletin « Eurosurveillance » (vol. 16, n° 21).

Les autorités sanitaires allemandes recommandent d’éviter de manger des légumes crus, particulièrement dans le nord de l’Allemagne (les cuire pendant dix minutes à 70 °C).

Depuis le 20 avril.

En France, l’Institut de veille sanitaire souligne qu’aucune augmentation du nombre de cas de SHU en France n’a été mise en évidence en mai 2011 par le système de surveillance des SHU chez les enfants de moins de 15 ans. « Aucun des patients signalés en mai n’a rapporté de séjour en Allemagne dans les jours ayant précédé ses symptômes », indique l’Institut. De même, d’après la déclaration obligatoire (DO) des toxi-infections alimentaires collectives (TIAC), « aucune TIAC à STEC n’a été déclarée en mai 2011 ».

L’institut invite « les médecins hospitaliers ou libéraux ayant diagnostiqué une diarrhée sanglante ou un SHU survenus depuis le 20 avril 2011, chez des patients ayant séjourné en Allemagne dans les 15 jours précédant le début des symptômes, à les signaler à l’Agence régionale de santé de leur région (ARS) ». L’InVS coordonne l’investigation d’éventuels cas français, en collaboration avec les épidémiologistes de l’Institut de santé publique à Berlin.

> Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter