Des techniques contre la cellulite jugées dangereuses

Des techniques contre la cellulite jugées dangereuses

11.04.2011
« Attention aux techniques de lyse adipocytaire », déclare dans un communiqué la Haute Autorité de santé, qui rend public un avis sur ces techniques à visée esthétique, proposées en alternative à la chirurgie (liposuccion). Un décret devrait paraître ce mardi au « Journal officiel » pour mieux encadrer, voire interdire, ces actes de médecine esthétique.
  • 1302619886245093_IMG_58622_HR.jpg

    Des techniques contre la cellulite jugées dangereuses

« Une forte demande de solutions pour affiner la silhouette a favorisé le développement » de méthodes « moins invasives et moins onéreuses que la chirurgie esthétique », souligne la HAS, dont les conclusions sont sévères. Qu’elles soient invasives, associées à une effraction cutanée, avec introduction d’un agent chimique et/ou thermique dans le tissu adipeux, ou qu’elles soient non invasives, utilisant des agents physiques externes (radiofréquence, laser, infrarouges, ultrasons focalisés), ces techniques « présentent un danger grave ou une suspicion de danger grave pour la santé des personnes qui y auraient recours ».

La Haute Autorité précise que « la question de la sécurité est la seule à devoir être considérée », ces techniques n’étant pas utilisées « à des fins thérapeutiques (pour guérir ou traiter une maladie) ». Il n’y a donc « pas de perte de chance en termes » de santé pour les patients qui ne pourront y recourir.

L’évaluation a été conduite à la demande de la direction générale de la Santé, alertée par la survenue de complications signalées notamment par certains chirurgiens. Ainsi, à la suite d’une série d’infections cutanées à mycobactéries atypiques chez des patients traités par mésothérapie, le Pr Laurent Lantieri avait mis en garde contre une « médecine esthétique absolument pas validée scientifiquement » (« le Quotidien » du 23 avril 207).

Produit détourné de son usage.

Outre la mésothérapie susceptible de provoquer des infections graves, l’avis vise aussi les injections hypo-osmolaires associées aux ultrasons. Les données françaises recensent des complications graves pour 23 patients dont 10 nécroses mais aussi des hématomes, des cellulites, des thromboses, des lésions nodulaires sous-cutanées, des ulcérations.

Dans le cas des injections de produits à visée lipolytique, la HAS rappelle que la phosphatidylcholine (lécithine de soja), commercialisée dans certains pays européens sous le nom de Lipostabil (Sanofi-Aventis) pour le traitement médical d’embolies pulmonaires graisseuses, n’a « pas d’AMM pour une action lipolytique à visée esthétique ». Son usage « a été détourné ». « Différentes formules, mélanges et doses sont utilisés. Aucun protocole n’est validé », poursuit la HAS, qui décrit différentes complications, notamment des infections mycobactériennes sévères (abcès, lésions nodulaires érythémateuses et douloureuses) et un cas d’inflammation orbitaire aiguë avec trouble de la vision a été rapporté suite à une injection sous-palpébrale.

Des complications graves ont aussi été observées dans le cas de lyse adipocytaire par laser transcutané : nécroses, paresthésies et brûlures.

Quant aux techniques non invasives utilisant des agents physiques externes sans effraction cutanée (ultrasons focalisés, radiofréquence, laser, etc.), aucun effet indésirable grave n’a été relevé, mais, précise la HAS, leur utilisation doit répondre « à des exigences concernant le matériel (homologation), la formation des professionnels et les conditions de réalisation de l’acte afin de garantir la sécurité des patients », précise la HAS. Dans son évaluation, ces techniques présentent « une suspicion de danger grave ».

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pour désengorger les urgences, l'AMUF veut salarier des médecins en centres de santé

amuf

L'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) a présenté ce mardi ses propositions pour lutter contre l'engorgement des urgences... 2

Baclofène : des effets indésirables nombreux mais difficilement imputables au traitement, selon une étude lilloise

BACLOFENE

Les premiers résultats de l'étude Baclophone, menée dans les Hauts-de-France et en Normandie par les médecins du service d'addictologie du... Commenter

« Le médecin est le premier vecteur d'information sur la vaccination, avant Internet », selon Santé publique France

vaccin

Santé publique France (SPF) publie dans le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (« BEH ») la partie de l'enquête Baromètre santé 2016... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter