Un modèle de leucémie en rechute

Un modèle de leucémie en rechute

07.04.2011
Des Français ont mis au point un modèle murin de greffe reproduisant les leucémies développées par les patients en rechute. Ce qui permettra de tester des traitements pour les patients présentant une rechute de leucémie.
  • 1302183463243955_IMG_58299_HR.jpg

    Un modèle de leucémie en rechute

Certes, on dispose de traitements de plus en plus performants contre les leucémies, mais, dans 20 à 50 % des cas, une rechute peut se produire, particulièrement résistante. C’est dans ce contexte qu’a été conduit un travail entre chercheurs et cliniciens du CEA, de l’INSERM, de l’AP-HP et des universités Paris-Sud 11, Paris Diderot-Paris 7 et Pierre-et-Marie-Curie.

Ce travail a nécessité la mise au point de plusieurs techniques : la xénogreffe de cellules leucémiques T humaines à des souris immunodéficientes ; l’obtention d’échantillons de leucémies primaires et à la rechute ; des techniques d’analyse extrêmement précises du génome et des profils d’expression ; le développement d’un système de culture des cellules T leucémiques in vitro et la modification génétique de ces cellules.

Des cellules issues des xénogreffes ont été comparées à celles des patients obtenues lors des leucémies primaires et lors des rechutes. « L’analyse génétique des cellules leucémiques des patients a montré que le profil des anomalies varie souvent entre les leucémies primaires et les leucémies à la rechute », explique le Pr Jean Soulier. « Toutefois, certaines anomalies restent communes, ce qui montre que les cellules à la rechute proviennent d’une cellule ancestrale et ont subi des modifications génétiques les rendant plus agressives et difficiles à traiter. »

Les chercheurs ont donc étudié la possibilité que leur modèle de xénogreffe puisse reproduire cette évolution entre les leucémies primaires et celles de la rechute. « Nous avons observé que les cellules leucémiques humaines détectées chez les souris sont différentes des cellules leucémiques primaires transplantées, précise le Dr Françoise Pflumio. En revanche, elles présentent des anomalies génétiques proches de celles des patients ayant rechuté. Ainsi, la leucémie développée chez la souris peut mimer la rechute chez le patient. Nous avons ensuite confirmé par des expériences fonctionnelles que ce modèle reproduisait les étapes majeures de la progression tumorale lors de la rechute. »

Emmanuelle Clappier et coll. « J Exp Med », online 2011.

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 1

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 3

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter