Le papillomavirus accompagne le cancer pulmonaire

Le papillomavirus accompagne le cancer pulmonaire

04.04.2011
Au congrès de l’Association américaine de recherche sur le cancer ont été présentés des résultats intéressants concernant le cancer pulmonaire : il est significativement associé à la présence d’anticorps de virus HPV.
  • 1301932644242835_IMG_58090_HR.jpg

    Le papillomavirus accompagne le cancer pulmonaire

Devasena Anantharaman (IARC, Lyon) et coll. ont recherché différents papillomavirus, à haut et à bas risque, chez 1 633 cas de cancer pulmonaire et 2 729 témoins, dans 6 pays européens. Alors que chez les témoins on trouve une prévalence basse d’anticorps pour les HPV quel que soit le type, chez les patients cancéreux, les anticorps de 8 types de HPV sont significativement accrus, dont les sérotypes HPV 16 et 18, connus pour leur risque de cancer cervical, avec une présence également significative dans cette population d’une séropositivité à des protéines précoces E6 et E7, marqueurs de transformation maligne. On ne décèle pas d’influence du tabagisme : les résultats sont identiques chez les fumeurs, les non-fumeurs et les anciens fumeurs.

Le virus HPV peut-il être la cause de malignité dans le poumon ? La question reste posée, en attendant les résultats des investigations entreprises. Les HPV6 et HPV11, qui causent des papillomes génitaux, ont été aussi observés dans la papillomatose pulmonaire, état bénin.

Autre sujet concernant le cancer du poumon à ce congrès américain : des travaux sur un modèle murin montrent que la nicotine n’a pas d’effets d’accélération sur les tumeurs pulmonaires malignes. À des doses similaires à celles données dans la plupart des traitements par substituts nicotiniques, la nicotine n’accroît pas l’incidence, la fréquence ou la taille des tumeurs cancéreuses. Combinés à des données épidémiologiques, ces résultats montrent que l’on peut donner des substituts nicotiniques pendant des mois ou des années à des personnes qui s’arrêtent de fumer sans craindre un risque d’augmentation d’incidence du cancer. L’usage des patchs est recommandé pour une durée de 10 à 12 semaines, mais environ 20 % des personnes qui arrêtent de fumer ont une forte dépendance et peuvent avoir besoin d’utiliser les substituts plus longtemps.

American Association for Cancer Research, 102e Congrès annuel, Orlando.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
04.04.2011 à 21h50

« Bizarre ?!? Et si tous les cancers étaient déclenchés par un virus ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 26

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 23

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter