Des Suédois contestent le dépistage du cancer de la prostate

Des Suédois contestent le dépistage du cancer de la prostate

01.04.2011
  • 1301672922242261_IMG_57977_HR.jpg

L’étude menée en Suède sur l’intérêt du dépistage du cancer de la prostate n’apporte pas de réponse définitive au débat : faut-il ou non le systématiser ? Elle fournit plutôt un élément de plus à la réflexion. Gabriel Sandblom (Stockholm, Suède) et coll. montrent que sur le long terme, 20 ans dans ce cas précis, la mortalité spécifiquement liée à l’affection ne diffère pas entre deux groupes d’hommes dépistés et non dépistés.

L’étude de population a été menée de façon contrôlée et avec tirage au sort. Dans la ville de Norrköping, tous les hommes âgés de 50 à 69 ans, en 1987, ont été enrôlés, soit 9 026 individus. Un sur six a été dépisté, soit 1 494 individus, les autres ont fait office de témoins. Ils ont subi un examen tous les 3 ans jusqu’en 1996. Les deux premiers consistaient en un toucher rectal (pas de PSA en 1987 et 1990). En 1993, le dosage a été ajouté à la clinique (seuil : 4 µg/l). Le 4e dépistage, en 1996, n’a porté que sur les hommes de 69 ans au plus à ce moment. L’analyse a étudié la survenue d’une tumeur prostatique, avec ses caractéristiques, et sa mortalité spécifique.

En tout, en 20 ans, 85 cas de cancer (5,7 %) ont été découverts dans le groupe dépisté et 292 (3,9 %) sont survenus chez les témoins. Le risque relatif de décès est évalué à 1,16 en cas de dépistage. En comparant la survie au cours de ce cancer dans les deux groupes d’hommes, le risque relatif est estimé à 1,23 (p = 0,13). Après ajustement pour l’âge à l’enrôlement, il s’élève à 1,58 (p = 0,024). Pour les auteurs, au terme du suivi, le taux de décès spécifiquement lié à un cancer de la prostate ne diffère pas significativement entre des hommes dépistés ou non.

G. Sandblom et coll. en concluent que la prochaine étape devrait porter davantage sur un moyen de distinguer les tumeurs à faible risque de celles à risque élevé. Cela permettrait de proposer des traitements moins invasifs sur les cancers les moins agressifs, plutôt que de s’évertuer à augmenter la sensibilité des tests de dépistage.

« BMJ » 2011, doi :10.1136/bmj.d1539.

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
02.04.2011 à 05h48

« Cette nouvelle étude suédoise porte une fois de plus sur un seul point d’ailleurs bien difficile à établir : la survie spécifique des dépistés par rapport aux non-dépistés, alors que les patients co Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter