Un agoniste CD40 améliore la survie dans l’adénocarcinome du pancréas

Un agoniste CD40 améliore la survie dans l’adénocarcinome du pancréas

25.03.2011
  • 1301071211240174_IMG_57438_HR.jpg

    Un agoniste CD40 améliore la survie dans l’adénocarcinome du pancréas

Lorsqu’un adénocarcinome ductulaire du pancréas dépasse les ressources chirurgicales, la chimiothérapie se montre d’un faible recours. Une équipe américaine de Philadelphie propose d’y associer un agoniste CD40 sous la forme d’un anticorps monoclonal (CP870,893). De fait, Gregory L. Beatty et coll. ont enregistré un certain niveau d’efficacité thérapeutique, même si, il faut bien le reconnaître, le pronostic demeure péjoratif. Lorsqu’ils ont voulu comprendre le mode d’action de l’agoniste du CD40, une surprise leur était réservée. Alors qu’ils s’attendaient à une réponse par cellules T, ils ont constaté que l’activité antitumorale était le fait des macrophages.

Ils ont enrôlé 21 patients non opérables, n’ayant jamais reçu de chimiothérapie. Ils ont bénéficié, par cycles de 28 jours, de gemcitabine, trois séances, associées à l’agoniste CD40, une fois par cycle (à J3). Le traitement a été bien toléré.

Le suivi a été réalisé par PET-scan et scanner. Sur les 21 patients, 4 ont montré une réponse partielle, 11 une stabilisation et 4 une aggravation de la tumeur. La médiane de survie sans progression a été de 5,6 mois et la médiane de survie de 7,4 mois (de 5,5 à 12,8 mois). « Ainsi, le traitement par CP870,893 et gemcitabine a montré une efficacité thérapeutique ,» constatent les auteurs.

La compréhension du processus thérapeutique est venue de souris modifiées génétiquement pour exprimer un modèle d’adénocarcinome ductulaire. Elles ont reçu le même traitement (l’agoniste CD40 choisi était le mAb FKG45) avec un protocole adapté. L’analyse des rongeurs montre que la stimulation de la voie des CD40 ne déclenche pas d’infiltration de la tumeur par les cellules T. Elle est insuffisante pour déclencher une immunité antitumorale par cellules T. L’équipe a également constaté que les cellules de l’adénocarcinome sont CD40 négatives alors que celles du stroma sont CD40 positives. En fait, au cours des 18 premières heures de traitement, il existe une déplétion transitoire des macrophages issus du sang périphérique due à l’anticorps monoclonal. Ce dernier se fixe à ces macrophages qui, secondairement, migrent au sein de la tumeur. Ils y exercent alors une activité tumoricide et permettent l’évacuation du stroma tumoral.

« Science », vol. 331, pp. 1612-1616.

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Arrêt de commercialisation du Cytotec, et objectif zéro médicament pendant la grossesse : les chantiers de l’ANSM

ansm

Le laboratoire Pfizer, qui commercialise le Cytotec, a annoncé que ce médicament ne serait plus distribué en France à partir du 1er mars... 3

« Les ECN seront supprimées », annonce le patron des doyens au congrès de l'Ordre

ECN

Le président de la conférence des doyens de médecine a créé la surprise, ce jeudi après-midi, en annonçant la fin programmée des épreuves... 44

Agnès Buzyn relance la recertification périodique, les syndicats sur le qui-vive

buzyn

L'annonce de la ministre de la Santé, jeudi, de mettre en œuvre la recertification des compétences des professionnels de santé a été... 46

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter