L’alcool ne fait pas le lit de tous les cancers de l’œsophage

L’alcool ne fait pas le lit de tous les cancers de l’œsophage

16.03.2011
Contrairement à ce qui est observé dans le carcinome à cellules squameuses de l’œsophage, une forte consommation d’alcool n’est pas associée à l’adénocarcinome œsophagien ni aux cancers de la jonction œsogastrique. Il pourrait même exister, au contraire, une relation inverse.
  • 1300289116237316_IMG_56619_HR.jpg

    L’alcool ne fait pas le lit de tous les cancers de l’œsophage

ON CONNAÎT deux sous-types histologiques principaux de cancers de l’œsophage : le carcinome à cellules squameuses (CCSO) et l’adénocarcinome (AO). Alors que l’incidence de l’AO a augmenté rapidement dans les pays occidentaux ces trente dernières années, les taux de CCSO ont diminué durant la même période.

La consommation d’alcool est un facteur de risque bien établi du CCSO. En revanche, le lien entre alcool et AO et le cancer de la jonction œsogastrique (CJOG) est moins clair.

Des chercheurs américains ont étudié les données de 11 études du consortium BEACON (Barrett’s Esophagus and Esphageal Adenocarcinoma Consortium) : 9 études cas-contrôle et 2 études de cohorte. Le recueil des données a concerné l’ingestion d’alcool, l’âge, le sexe, l’éducation, l’indice de masse corporelle, le RGO et le tabagisme.

Résultat : quel que soit le niveau d’ingestion d’alcool, il n’a pas été observé d’augmentation du risque d’AO et de CJOG. Pour les consommations les plus élevées d’alcool (7 verres ou davantage par jour), les odds ratios étaient de 0,97 pour l’AO et de 0,77 pour le CJOG. Certains résultats suggèrent qu’il existerait un lien entre consommation modérée (moins d’un verre par jour) et une diminution du risque d’AO (OR : 0,63) et de CJOG (OR : 0,78).

À l’opposé, l’alcool était fortement associé à une augmentation du risque de CCSO (OR pour 7 verres ou plus par jour : 9,62).

« Par opposition avec le CCSO, une forte consommation d’alcool n’était pas associée à une augmentation du risque d’AO et de CJOG. L’apparente association inverse entre apport modéré d’alcool devrait être évaluée dans de futures études prospectives », concluent les auteurs.

Freedman et coll., Gut (2011).

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter