Mediator : Servier assumera ses responsabilités vis-à-vis des patients

Mediator : Servier assumera ses responsabilités vis-à-vis des patients

03.03.2011
Entendu mercredi soir à huis clos par la mission d’information parlementaire de l’Assemblée nationale sur le Mediator, le président des laboratoires Servier, Jacques Servier, a indiqué lors d’une déclaration préliminaire remise à la presse que l’affaire du Mediator constituait pour lui « une préoccupation majeure », et que son entreprise assumerait « toutes ses responsabilités » vis-à-vis des patients.
  • 1299257834232642_IMG_55432_HR.jpg

    Mediator : Servier assumera ses responsabilités vis-à-vis des patients

JACQUES SERVIER, qui était entouré d’une dizaine de responsables de son laboratoire, a cependant regretté que le rapport de l’IGAS ait été « élaboré sans qu’aucun des représentants des laboratoires Servier n’ait été entendu ». Pour Jacques Servier, le benfluorex (dénomination commune internationale du Mediator) « a un profil d’activité pharmacologique différent de celui de l’amphétamine », et « n’est pas une spécialité anorexigène aux doses thérapeutiques ». Pour lui, en effet, « la dénomination DCI d’un produit reflète une structure chimique et ne correspond pas nécessairement à son activité ou à ses effets ». Jacques Servier assure que « le benfluorex n’a jamais reçu l’indication d’anorexigène, ce qui n’a jamais été demandé et ce qui n’avait pas lieu d’être ».

Le président des laboratoires Servier est ensuite revenu sur les risques de valvulopathies mis en évidence, estimant que « le signal est resté faible en pharmacovigilance jusqu’en 2009, après 35 ans de commercialisation », malgré « la surveillance permanente » dont il faisait l’objet. Jacques Servier estime que « l’étude Regulate mise en place par les laboratoires Servier (et dont les résultats ont été communiqués en 2009) a largement contribué à mettre en évidence l’existence d’un sur-risque d’anomalies valvulaires ».

En conclusion, Jacques Servier a rappelé que le laboratoire participerait à la mise en place d’un fonds d’indemnisation des patients : « Nous avons indiqué à cet égard que le groupe ferait une première dotation de 20 millions d’euros, a-t-il conclu, nous travaillons sur ce projet avec les autorités. »

 HENRI DE SAINT ROMAN
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn : « Si j'ai besoin d'un secrétaire d'État, j'en ferai part au Président »

buzyn

« Non ». C'est ce qu'a répondu sans fard la ministre de la Santé à la journaliste de LCI, qui lui demandait ce vendredi matin si elle avait... Commenter

Dr Patrick Gasser (UMESPE) : « La revalorisation d'un ou deux euros, c'est obsolète »

Abonné
Gasser

La branche spécialiste de la CSMF (UMESPE) organise samedi les premiers États généraux de la médecine spécialisée à Paris. Centres... 1

Des avatars virtuels aident les schizophrènes à lutter contre leurs voix

schizophrènes

Comment aider les 25 % de patients schizophrènes qui continuent d'entendre des voix menaçantes malgré leur traitement pharmacologique ?... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter