Des volontaires ont testé des prothèses d’orteil de 3 000 ans

Des volontaires ont testé des prothèses d’orteil de 3 000 ans

15.02.2011
Des prothèses datant de 600 à 950 ans avant J.C. et retrouvées dans la vallée du Nil ont été testées chez deux volontaires amputés du gros orteil. Les résultats sont publiés dans « The Lancet ».
  • 1297788400228019_IMG_54298_HR.jpg

    Des volontaires ont testé des prothèses d’orteil de 3 000 ans

« NOS RÉSULTATS suggèrent que la science de la prothèse a émergé dans la vallée du Nil. » Jacqueline Finch, chercheuse au Centre biomédical d’égyptologie de l’Université de Manchester en est persuadée, l’étude des deux prothèses égyptiennes qu’elle vient d’effectuer permet de remonter aux prémisses de la fabrication des prothèses médicales.

Jusqu’ici, la jambe artificielle conservée au musée de la Science de Londres était considérée comme la plus ancienne prothèse fonctionnelle connue. Cette réplique d’une prothèse en bois et en bronze retrouvée dans une riche sépulture romaine à Santa Maria di Capua Vetere (centre historique de Capoue) ayant vécu 300 ans avant J.C., a d’abord appartenu au Collège royal de chirurgie avant d’être détruite lors du bombardement de 1941. Sa reconstitution a pu être réalisée grâce notamment à la description détaillée laissée par Karl Sudhoff, spécialiste de l’histoire de la médecine.

Selon Jacqueline Finch, au moins deux autres pièces pourraient prétendre au rang de plus anciennes prothèses jamais fabriquées par l’homme. La première qualifiée « d’objet rare » par l’égyptologue, Nicholas Reeves, est le « Gros orteil de Greville Chester » appelé ainsi en l’honneur du collectionneur qui a permis son acquisition par le British Museum de Londres en 1881. Cet orteil artificiel réalisé en papier mâché et recouvert de plâtre peint aurait été découvert à Thèbes (près de la ville actuelle de Louxor). Elle est considérée comme une reproduction habile du gros orteil du pied droit sur laquelle on devine encore la marque de ce qui pourrait être un ongle. Une datation la fait remonter à 600 ans avant J.C.

Un pied diabétique.

La seconde prothèse a été découverte en 2000 sur une momie égyptienne datant de 950-710 ans avant J.C.dans la nécropole de Thèbes. Le corps embaumé a été identifié comme étant celui d’une femme du nom de Tabketenmut, la fille d’un prêtre égyptien. Atteinte de diabète, elle aurait perdu son gros orteil droit à la suite d’une gangrène ischémique. La prothèse conservée au musée du Caire possède deux parties articulées en bois et une troisième en cuir. « Certains aspects importants de sa conception semblent indiquer que le sculpteur avait une bonne connaissance de l’anatomie et de la mécanique du pied », souligne Jacqueline Finch. Il aurait ainsi créé une charnière pour reproduire l’articulation métatarsophalangienne, placer un biseau pour empêcher tout frottement sur le scaphoïde ou encore réaliser une face inférieure aplatie pour assurer la stabilité de l’orteil. Tout comme ses découvreurs, Andreas Nerlich et coll., Jacqueline Finch estime que cette dernière prothèse pourrait figurer parmi les premiers appareillages utilisés pour remplacer un membre.

Pour s’en assurer, elle a recruté deux volontaires amputés du gros orteil droit. L’objectif était de tester les deux prothèses dans des conditions réelles d’utilisation. En effet, l’hypothèse d’une reconstitution d’un membre manquant par les embaumeurs ne pouvait être totalement écartée tant la conservation de l’intégrité des corps des morts avant le voyage dans l’au-delà revêtait une importance particulière dans l’Égypte ancienne.

Selon les résultats publiés dans « The Lancet » (12 février, vol. 377, p. 548-549), les deux prothèses étaient parfaitement fonctionnelles. Les volontaires qui les ont essayés lors de la marche avec des sandales – des reproductions d’anciennes chaussures égyptiennes – les ont jugées très efficaces et « confortables », en particulier la prothèse articulée en bois. Mieux encore, leur démarche a pu être analysée grâce à des capteurs de pression disposés sur le parcours. « Aucune augmentation significative de la pression au sol n’a été enregistrée », souligne la chercheuse. Une performance, lorsque l’on sait que le gros orteil doit porter 40 % du poids du corps et qu’il est responsable de la propulsion.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter