Loi bioéthique : statu quo sauf pour le transfert d’embryon post-mortem

Loi bioéthique : statu quo sauf pour le transfert d’embryon post-mortem

11.02.2011
Les députés ont terminé tard dans la nuit de jeudi à vendredi l’examen du texte de loi bioéthique, qui fera l’objet d’un vote solennel mardi. Rien ne change pour l’anonymat des dons de gamètes et la recherche sur l’embryon mais le transfert d’embryon post-mortem a été adopté contre l’avis du gouvernement.
  • 1297434330226987_IMG_54071_HR.jpg

    Loi bioéthique : statu quo sauf pour le transfert d’embryon post-mortem

MALGRÉ les demandes des chercheurs, la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires reste interdite sauf dérogations expresses. Selon le ministre de la Santé « la position française permet de continuer d’avancer ». « Je mets au défi quiconque de nous prouver que nous avons pris du retard », dit Xavier Bertrand. Pour Jean-Louis Touraine (PS), au contraire, « le retard pris » se révélera « insurmontable » et le message envoyé aux chercheurs est « extrêmement négatif ». « On va rester dans une ambiguïté qui ne sera favorable ni à la recherche ni aux malades », a estimé Alain Claeys (PS), rapporteur de la commission spéciale.

Autre modification refusée par les députés, comme l’avait fait la commission spéciale, celle de l’anonymat du don de gamètes. Le projet initial de l’ex-ministre de la Santé Roselyne Bachelot prévoyait une levée partielle de l’anonymat et le député Marc Le Fur (UMP) a déposé un amendement dans ce sens en plaidant : « Voulons-nous nier cette liberté fondamentale de savoir d’où l’on vient ? Chacun a droit à son histoire ! » En vain. Le rapporteur de la commission spéciale, Jean Leonetti (UMP), qui a reconnu avoir lui-même changé d’avis sur le sujet, a fait valoir les risques du choix d’un donneur « sur catalogue ». « Est-ce que vous voulez qu’un jour on dise "Je ne veux pas le sperme d’un juif ?" », a-t-il lancé. Selon lui, « 50 000 personnes sont issues d’un don de gamètes dans notre pays et les demandes associatives de levée de l’anonymat concernent 50 personnes ».

Pour remédier à la pénurie de gamètes, les députés ont accepté d’ouvrir le don aux femmes et aux hommes sans enfant. Il s’agit d’éviter la marchandisation des ovocytes et le tourisme procréatif. En outre, une femme qui donne ses ovocytes pourra les utiliser plus tard. « On enfonce un petit coin dans la gratuite du don », a regretté Philippe Gosselin (UMP). Comme prévu, la technique de vitrification est autorisée : la technique figurera dans un arrêté, promis par le ministre d’ici 6 à 7 mois, définissant la liste des procédés biologiques utilisés pour une assistance médicale à la procréation (AMP). Par ailleurs, la limitation à 3 du nombre d’ovocytes fécondés, proposée en commission, a été supprimée au profit de la mention : « Le nombre est limité à ce qui est strictement nécessaire à la réussite de l’assistance médicale à la procréation, compte tenu du procédé mis en œuvre. »

Un cadre strict.

La seule vraie surprise de cette longue soirée a été l’adoption du transfert d’embryon post-mortem, contre l’avis du gouvernement. « Ce n’est pas la même chose d’être né orphelin et d’avoir été conçu orphelin », a estimé Xavier Bertrand. L’autorisation est conditionnée au consentement préalable du père et à l’existence d’un projet parental dans le cadre d’une AMP et valable seulement six mois minimum et dix mois maximum après le décès du père.

Des amendements ont voulu s’en prendre au bébé du double espoir, permis par la loi de 2004. « Réveillez-vous ! C’est le double espoir ! C’est ça l’humanisme ! », s’est emporté Bernard Debré, en rappelant que 20 000 enfants étaient nés dans cet esprit dans le monde.

Enfin, les députés ont adopté un amendement de Jean Leonetti, contre l’avis de Xavier Bertrand, renforçant le rôle du médecin dans le diagnostic prénatal. Ce ne sera pas à la femme de choisir, le diagnostic étant proposé, selon le texte, « lorsque les conditions médicales le nécessitent ». Sur ce sujet, le ministre de la Santé a tenté de rassurer ceux qui craignent une dérive eugéniste. « Il n’est pas question d’accepter une sélection génétique », a-t-il assuré. En donnant un exemple : « Sur 6 876 interruptions médicales de grossesse, il y a 505 dépistages de trisomie. Cela prouve que ce n’est pas la trisomie qui mène à une IMG. »

RENÉE CARTON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

2 700 signalements d'effets indésirables liés au DIU Mirena entre mai et août 2017

mirena

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a rendu publics les premiers résultats d'une enquête de... Commenter

Tarifs de radiologie : le Sénat enterre le spectre des décotes tarifaires autoritaires 

radiologues

Les syndicats de médecins libéraux, et notamment de radiologues, ont été entendus par le Sénat. Vendredi soir en séance publique, les élus... Commenter

« Zéro sexisme », « zéro harcèlement » : la contre-attaque des internes pour briser le tabou et porter plainte

SEXISME

Après la publication de l'enquête édifiante dénonçant la banalisation du sexisme et du harcèlement sexuel au cours du cursus,... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter