Bioéthique : le clivage se creuse entre pro et anti-recherche

Bioéthique : le clivage se creuse entre pro et anti-recherche

09.02.2011

Les députés poursuivent l’examen du projet de révision de la loi bioéthique, qui maintient le statu quo sur l’essentiel, en particulier le principe de l’interdiction de la recherche sur l’embryon et l’anonymat des donneurs de gamètes.

  • 1297270676226295_IMG_53979_HR.jpg

    Bioéthique : le clivage se creuse entre pro et anti-recherche

« Est-ce qu’il est nécessaire d’avoir une révolution en matière de bioéthique ? Je n’en suis pas persuadé, vraiment pas », a déclaré le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, à la tribune de l’Assemblée nationale. Le président du groupe socialiste, Jean-Marc Ayrault, a affiché son scepticisme, estimant que la révision risque de ne « servir à rien » tant le gouvernement est « frileux » face aux « lobbies les plus conservateurs ».

L’ouverture des débats au Palais Bourbon a coïncidé avec l’annonce par le Pr René Frydman de la naissance d’un « bébé du double espoir » ou « bébé-médicament », une première en France. Cet événement a ravivé la polémique sur « l’instrumentalisation » de l’être humain. Xavier Bertrand a rappelé la volonté du gouvernement de « maintenir l’interdiction de principe des recherches sur l’embryon », tout en permettant « des dérogations encadrées à ce principe ».

« S’il y a bien un point de clivage important entre la majorité et l’opposition, c’est bien la recherche », a indiqué le député (PS) Alain Claeys. Trente-cinq députés de la majorité (UMP, NC, MPF et DLR) ont appelé à « la vigilance ». Dans un texte intitulé « La procréation humaine n’est pas une industrie », les signataires estiment que la loi, qui a « pour tâche première de protéger les droits fondamentaux des personnes, surtout les plus vulnérables », ne répond pas « suffisamment à cette obligation morale ». En cause : la systématisation dudiagnostic prénatal en début de grossesse. « 96 % des mères dont le test se révèle positif sont aujourd’hui conduites à l’avortement. Nous sommes là en plein eugénisme (...) La juste attitude serait le financement par l’État d’un véritable plan de recherche sur la trisomie 21 plutôt que d’inciter à son éradication », indiquent les signataires. Pour Xavier Bertrand, « le libre-arbitre de la femme et du couple » doit, en effet, « pouvoir être respecté ». La possibilité de transfert d’embryons post-mortem avait été introduite par la commission, mais cette dernière est revenue sur la mesure juste avant la séance publique. Le vote du projet de loi, examiné en première lecture, est programmé le 15 février.

 S. H.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

HTA : les 10 axes et les 60 propositions de la SFHTA

hta

L'HTA est banalisée en France et trop souvent perçue comme un simple facteur de risque cardio-vasculaire, s'inquiète la Société française... 2

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... 1

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter