Bébé du double espoir, une première en France

Bébé du double espoir, une première en France

08.02.2011
Alors que l’examen de la révision de la loi bioéthique débute aujourd’hui à l’Assemblée nationale, le Pr René Frydman annonce la naissance, pour la première fois en France, d’un bébé du « double espoir », un terme préféré à celui de bébé-médicament.
  • 1297179211225829_IMG_53834_HR.jpg

    Bébé du double espoir, une première en France

IL S’APPELLE Umut-Talha, « notre espoir », en turc. Né le 26 janvier (3 650 g) à l’hôpital Antoine-Béclère, à Clamart, il est « en très bonne santé », se réjouit le Pr René Frydman. L’accouchement s’est déroulé « dans une grande sérénité ». Il fait le bonheur de ses parents qui ont déjà deux enfants, atteints d’une maladie génétique grave et invalidante, la bêtathalassémie. Cette belle histoire est aussi celle d’une première en France : grâce au sang de cordon prélevé à sa naissance, sa grande sœur, dont le groupe tissulaire est compatible, pourra bénéficier d’une greffe.

Umat-Talha est né par fécondation in vitro, après un double diagnostic préimplantatoire (DPI), une pratique instaurée par la loi bioéthique de 2004 et mise en place par un décret de 2006. Le DPI-HLA permet aux parents d’un enfant atteint « d’une maladie particulièrement grave et incurable » de concevoir un puîné non malade et « susceptible de soigner de façon décisive son aîné grâce aux cellules souches du sang de cordon ». Cette naissance a été rendue possible grâce à la collaboration des équipes médicales et biologiques de l’hôpital Necker (Pr Arnold Munnich) et de l’hôpital Antoine-Béclère. « Il est important de savoir que toutes les demandes que nous avons traitées viennent d’hématologues », indique René Frydman. Le groupe Béclère-Necker est actuellement le seul des trois centres de DPI français autorisés – à Strasbourg et à Montpellier – à « s’être lancé dans l’aventure » du double DPI-HLA, souligne-t-il. Sur les douze dossiers acceptés par l’Agence de la biomédecine, sept transferts d’embryons ont été effectués aboutissant à trois grossesses. Une première femme a fait une fausse couche, une seconde a donné naissance à un enfant né en bonne santé mais non compatible avec son aîné.

Désir d’enfant.

Dans le cas de la maman d’Umat-Talha, deux embryons sains ont été transférés, l’un avec un groupe tissulaire compatible et l’autre non « car le couple est d’abord demandeur d’un nouvel enfant », insiste le Pr Frydman. Un seul embryon s’est ensuite développé, celui du double espoir. « Nous n’avons fait qu’aider la chance », estime le Dr Nelly Achour-Frydman. La comptabilité des cellules a été vérifiée à la naissance, au cours de laquelle deux poches de sang de cordon ombilical ont pu être prélevées. « On sait que la greffe intra-familiale marche, en général, très bien », se félicitent les membres de l’équipe médicale.

Mais au-delà de cet événement, le Pr René Frydman (qui vient également de faire naître, à partir d’ovules congelés, les trois premiers bébés français) s’inquiète des menaces qui pèsent sur l’ensemble de la procréation médicalement assistée (PMA). « La PMA doit être reconnue comme une spécialité à part entière, avec l’attribution de moyens en conséquence », plaide-t-il. Alors que les députés examinent aujourd’hui le projet de révision de la loi bioéthique, il dénonce le « maquis de précautions sur le plan législatif » qui bloque toute innovation thérapeutique. « Il faut alléger les procédures administratives et faire plus confiance aux équipes médicales », demande-t-il. « Nous avons besoin d’une vision d’ensemble » sur la médecine de la reproduction.

 STÉPHANIE HASENDHAL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... Commenter

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter