Les secrets du régime sur la longévité de C. elegans

Les secrets du régime sur la longévité de C. elegans

28.01.2011
Soumettre Caenorhabditis elegans, nématode très utilisé pour étudier le métabolisme, à un régime de restriction alimentaire sans dénutrition, permet d’allonger sa durée de vie. L’équipe française qui confirme cette notion déjà ancienne va un peu plus loin en précisant certains mécanismes.
  • 1296233146222833_IMG_53050_HR.jpg

    Les secrets du régime sur la longévité de C. elegans

LA MÉTHODE du régime de restriction alimentaire sans carences ni dénutrition est largement utilisée expérimentalement pour allonger la durée de vie de la levure jusqu’aux primates. L’équipe de Marc Billaud et Florence Solari (CNRS/INSERM, au Centre de recherche sur le cancer de Lyon) a réitéré l’expérience sur C. elegans, chez lequel on avait déjà découvert des voies de signalisation impliquées dans la longévité, qui sont conservées jusqu’aux mammifères.

Les chercheurs ont isolé chez C. elegans de nouveaux « gérontogènes », dont le gène slcf-1. Lorsqu’ils ont inhibé ce gène, les effets biologiques produits sont similaires à ceux obtenus après restriction de l’apport alimentaire : une inhibition du transporteur SLCF-1 dans les cellules intestinales, ce qui déclenche une augmentation du niveau de pyruvate, altère le métabolisme mitochondrial et induit un stress oxydatif de bas niveau.

Avec le stress oxydatif, il en va un peu comme avec le système immunitaire. « Il faut une stimulation de faible niveau dans les commencements de l’existence de l’organisme pour qu’une adaptation soit possible lorsque des stress plus importants surviennent par la suite », explique Marc Billaud au « Quotidien ».

C’est ce stress de faible intensité qui induit une réponse adaptative responsable de l’augmentation de la durée de vie.

Les mêmes effets sont observés dans une expérience où le gène slcf-1 est inactivé et sans limitation des apports en nourriture.

Ce travail montre aussi qu’une protéine connue pour avoir des effets suppresseurs de tumeurs – la protéine PTEN – est impliquée dans la cascade métabolique liée à la restriction calorique. « Il existerait donc des mécanismes communs au contrôle de la longévité et au développement des tumeurs. »

« Aging Cell », février 2011, http://dx.doi.org/10.111/j.1474-972.2010.00640.x

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn aux médecins : « Vous êtes incontournables, la mutation aussi »

Buzyn

« La ministre de la Santé a un regard partagé avec les professionnels de santé… mais nous attendons des actes concrets. » Le Dr Patrick Boue... 18

L'ANSM déplore que des anti-hypertenseurs (IEC et ARA II), pourtant contre-indiqués, soient toujours prescrits pendant la grossesse

hta

Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC, tels que perindopril, ramipril, enalapril…) et les antagonistes de récepteurs de... 3

Des Français mettent au point le cobaye parfait pour la recherche sur la maladie d'Alzheimer

Alzheimer

Le cobaye parfait pour tester les nouveaux traitements de la maladie d'Alzheimer ! C'est ce que viennent de décrire les chercheurs du CEA,... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter