Intervention endovasculaire cérébrale chez un prématuré à Bicêtre

Intervention endovasculaire cérébrale chez un prématuré à Bicêtre

28.01.2011
Un prématuré de 3 jours, pesant 2,08 kg, a été, début novembre, traité à l’hôpital Bicêtre par voie endovasculaire pour une malformation de la veine de Galien. Il se porte bien. C’est la première fois qu’une telle intervention a été réalisée sur un bébé aussi petit.
  • 1296240545222602_IMG_53068_HR.jpg

    Intervention endovasculaire cérébrale chez un prématuré à Bicêtre

L’ENFANT a été pris en charge par les équipes de neuroradiologie (Pr Denis Ducreux et Dr Guillaume Saliou) et de réanimation pédiatrique et néonatale (Pr Denis Devictor) de Bicêtre.

Les malformations de la veine de Galien sont les plus fréquentes des malformations artério-veineuses cérébrales de l’enfant. Environ 30 % d’entre elles sont dépistées in utero au cours de l’échographie du deuxième ou du troisième trimestre. Outre une gêne au développement cérébral, cette malformation peut entraîner une insuffisance cardiaque dans les jours qui suivent la naissance.

L’hôpital Bicêtre est un centre de référence pour les pathologies malformatives neurovasculaires pédiatriques. Depuis dix ans, près d’une quarantaine de nouveau-nés y ont été pris en charge pour cette malformation ; une intervention a pu être pratiquée chez plus de la moitié dans le premier mois de la vie. Les spécialistes n’avaient encore jamais traité un bébé de si petit poids.

Chez un bébé de faible poids, en effet, l’opération est plus complexe car les artères peuvent mesurer moins d’un millimètre. « Ce n’est pas parce qu’on ne l’avait jamais fait que ce n’était pas le moment de le faire ; les premières de ce type ne sont pas préméditées, elles arrivent lorsqu’il faut sauver un patient », explique le Dr Guillaume Saliou (unité de neuroradiologie interventionnelle au sein du service de neuroradiologie), qui a pris en charge le bébé prématuré. « Nous n’en serions pas là sans le travail qu’a mené le Pr Lasjaunias à partir du début des années 1980. Il fut un véritable pionnier dans la stratégie de prise en charge de ces petits patients », ajoute le spécialiste.

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 7

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter