La thérapie anti-stress au service du cœur

La thérapie anti-stress au service du cœur

26.01.2011
Chez des sujets ayant eu un accident coronaire, une thérapie cognitivo-comportementale destinée à la gestion du stress apporte un bénéfice significatif en termes de réduction des accidents cardio-vasculaires et des récidives des accidents coronaires.
  • 1296054120221847_IMG_52800_HR.jpg

    La thérapie anti-stress au service du cœur

LES FACTEURS psychosociaux, qui contribuent au risque de maladie coronaire à hauteur de 30 %, peuvent être promoteurs d’athérosclérose et des maladies cardio-vasculaires. Ils appartiennent à deux grandes catégories : d’un côté, les stresseurs chroniques (privation socio-économique, pauvreté du support social, situation de détresse – détresse conjugale ou inquiétudes professionnelles) ; de l’autre, les facteurs émotionnels (dépression majeure, anxiété, et sentiments habituels d’hostilité et de colère).

Dans le projet SUPRIM, 362 patients (hommes et femmes de moins de 75 ans) ont été inclus à leur sortie de l’hôpital après un accident coronaire aigu. Parmi eux, 192 (groupe intervention) ont été inclus dans le programme CBT (Cognitive Behavioural Therapy), qui comporte cinq types d’intervention pour apprendre à gérer et réduire le stress, chacune ayant un objectif bien défini : éducation, autoévaluation, entraînement à de nouvelles aptitudes, restructuration cognitive et développement spirituel.

Le programme se concentre particulièrement sur la réactivité au stress et aux comportements de stress, caractérisés par des affects négatifs tels que l’hostilité, l’anxiété et des réactions d’humeur dépressive. Il a été réalisé en 20 sessions de deux heures chacune pendant un an, par petits groupes. Le mode de communication du thérapeute est orienté vers l’entretien motivationnel plus qu’éducationnel.

Au cours du suivi (94 mois en moyenne), dans le groupe intervention, on constate une réduction de 41 % des accidents cardiaques fatals et non fatals, de 45 % des récidives des accidents coronaires aigus et une réduction non significative (28 %) des décès.

Les patients qui ont suivi le plus grand nombre des groupes de thérapie ont connu les réductions de risque les plus importantes.

« Ces résultats veulent dire que, pour modifier l’évolution des maladies coronaire et cardio-vasculaire, les interventions doivent être menées à long terme (si possible entre six et douze mois), en groupe, et doivent comprendre des techniques pour modifier le comportement », écrivent les auteurs.

Mats Gulliksson et coll., « Archives of Internal Medicine », vol. 171, n° 2, 24 janvier 2010.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Chats échaudés, les médecins libéraux accueillent avec prudence la stratégie de santé d'Agnès Buzyn

buzyn

Davantage que des têtes de chapitre, ils auraient préféré connaître la fin de l'histoire. Les syndicats de médecins libéraux ont accueilli... 6

Pilule de troisième génération : le parquet classe l’enquête

PILULE

Est-ce la fin d’une polémique longue et stérile sur les pilules de troisième génération ? Sans doute pas. Le parquet de Paris a classé... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter