Penser aussi aux BPCO d’origine professionnelle

Penser aussi aux BPCO d’origine professionnelle

20.01.2011
Le 15e congrès de pneumologie de langue française*, qui s’ouvre à Lille vendredi 28 janvier, sera l’occasion de rappeler que la broncho-pneumopathie obstructive n’est pas qu’une maladie du fumeur. Comme l’explique le Dr Yves Grillet (Valence), au moins 20 % des BPCO surviendraient chez des non-fumeurs.
  • 1295540045220125_IMG_52396_HR.jpg

    Penser aussi aux BPCO d’origine professionnelle

DEUX GRANDES CAUSES sont reconnues. Il s’agit des expositions professionnelles à des produits pathogènes, d’une part, et, d’autre part, des pollutions domestiques ou environnementales extérieures. Si les premières sont de mieux en mieux identifiées, les secondes méritent encore d’être correctement précisées et définies.

Le piège, qu’expliquent les pneumologues, se trouve dans ce que le fumeur peut être également victime de ces facteurs environnementaux. Dès lors il convient de ne pas s’arrêter à l’intoxication tabagique lorsqu’est posé le diagnostic de BPCO. Il est capital de chercher une autre cause responsable associée à la cigarette. D’autant qu’il existe une probable potentialisation du facteur d’environnement par le tabac.

Les expositions professionnelles à des produits pathogènes sont donc mieux précisées. C’est ainsi qu’il est retrouvé une forte prévalence de la BPCO chez les agriculteurs, les mineurs (en dehors de la silicose) et dans l’industrie textile, notamment celle du coton. Cette liste n’est évidemment pas exhaustive.

Pour cette enquête, la médecine du travail ainsi que l’association BPCO ont participé à l’identification des polluants responsables. La méthode reposait sur le port de capteurs par des employés dans certaines entreprises. Ces capteurs ont permis de quantifier les niveaux de pollutions et les sites à risque. C’est ainsi que quatre groupes de polluants professionnels ont été déterminés : les poussières minérales (silice et silicates, ciment, charbon) ; les poussières organiques (coton, jute, endotoxine, grain, bois) ; les fumées et vapeurs (combustion, gaz d’échappement) ; les poussières métalliques (osmium, vanadium, fumées de soudure).

* Du 28 au 31 janvier 2011, au Grand Palais, Lille. Renseignements sur le site www.congres-pneumologie.fr

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 11

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter