Les dépôts de ß amyloïde quantifiés en PET scan

Les dépôts de ß amyloïde quantifiés en PET scan

19.01.2011
« Nous avons réalisé la première étude prospective, multicentrique dont les résultats démontrent qu’il est à la fois possible d’identifier et de quantifier directement la présence d’agrégats de protéine ß amyloïde grâce à une procédure d’imagerie moléculaire », écrivent Christopher M. Clark (Philadelphie, États-Unis) et coll.
  • 1295450793219790_IMG_52325_HR.jpg

    Les dépôts de ß amyloïde quantifiés en PET scan

« CETTE TECHNIQUE permettra à de futures études d’identifier la présence cérébrale de ß amyloïde chez des individus alors que les symptômes sont encore plutôt modérés et ceci bien des années avant leur décès », poursuivent les chercheurs.

Cet enthousiasme des chercheurs américains apparaît logique dans la mesure où leur technique de tomographie par émission de positons (PET scan) utilisant le florbétapir F 18 comme biomarqueur pourrait, enfin, apporter l’élément diagnostique de la maladie d’Alzheimer qui fait défaut. Cette molécule a, en effet, montré une affinité élevée pour la protéine ß amyloïde. Son absorption maximale survient à la 30e minute suivie d’un plateau de 60 minutes, suffisant pour réaliser des clichés.

L’objectif du travail était de vérifier si les données du PET scan au florbétapir seraient confirmées ultérieurement par l’autopsie. Pour y parvenir, les chercheurs ont enrôlé, entre février 2009 et mars 2010, 152 individus proches de la fin de vie. Parmi eux, 35 ont fait l’objet de l’étude de corrélation. Six d’entre eux ont servi à mettre en place le protocole et les 29 autres ont permis d’aboutir aux conclusions. L’équipe a de plus réalisé des PET scan au florbétapir chez 74 sujets de 18 à 50 ans, a priori sains, pour évaluer les faux positifs.

Chez les 29 sujets analysés, le PET scan a été réalisé en moyenne 99 jours avant le décès (1 à 377 jours). La confrontation des données montre une nette corrélation entre la présence et la quantité de florbétapir cortical et celles de ß amyloïde à l’histologie. Les deux examens ont été en accord dans 96 % des cas, positifs et négatifs. Le PET scan, enfin, n’a jamais mis en évidence de dépôts amyloïdes chez les 74 témoins indemnes cliniquement.

« JAMA », 19 février 2011, vol. 305, n° 3, pp. 275-283.

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« C'est possible de greffer une 2e fois le visage », explique le Pr Lantieri

greffe lantieri

Un patient, en rejet chronique après une première greffe totale de visage réalisée en 2010, a été transplanté une deuxième fois les 15 et... Commenter

Parisienne de 84 ans sans médecin traitant cherche désespérément un généraliste sur Twitter

Coup de gueule. Une patiente âgée de 84 ans, sans médecin traitant, dénonce la qualité de l'offre de soins en région parisienne dans une... 10

Les conseils départementaux face au défi de la parité et de la jeunesseÉlections : jusqu'à nouvel Ordre…

Abonné

En 2018, les médecins sont appelés à renouveler pour moitié les conseillers ordinaux de leur département. Ce scrutin est placé sous le... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter