La cigarette associée à une susceptibilité à la SEP

La cigarette associée à une susceptibilité à la SEP

17.01.2011
Une métaanalyse de 14 articles, incluant 3 052 cas et 457 619 témoins, confirme que le tabagisme par cigarettes est associé à une susceptibilité de développer une sclérose en plaques (SEP), avec un effet dose-dépendant.
  • 1295279218218835_IMG_52076_HR.jpg

    La cigarette associée à une susceptibilité à la SEP

LES RÉSULTATS montrent que le tabagisme est associé à une susceptibilité de développer une SEP, avec un risque relatif significatif de 1,48 (IC 1,35-1,63). Il existe par ailleurs un effet dose : la plupart des études détaillées par cette métaanalyse montrent que l’augmentation de la susceptibilité suit l’accroissement du nombre des cigarettes fumées.

Ainsi, cette métaanalyse, qui a porté sur un grand nombre de cas et de témoins, confirme une association solide entre le tabagisme et la susceptibilité à présenter une SEP. Elle apporte aussi des arguments montrant que ce facteur environnemental n’est pas capable à lui seul de rendre compte d’une variation plus générale de la prévalence (en fonction de l’âge, de la latitude ou du sexe).

Quel serait le mécanisme ? Certains travaux écartent la nicotine. Le monoxyde d’azote (NO) semble être le candidat le plus plausible.

Par ailleurs, la relation entre le tabagisme et la progression secondaire de la SEP reste sujette à débats, même après cette métaanalyse. Les résultats des études antérieures ne sont pas uniformes, montrant, pour certaines, une augmentation du risque et, pour d’autres, une absence d’effet.

L’étude de Handel et coll. tend à confirmer les seconds, mais sans écarter les premiers. « Quelques études démontrent que le tabagisme commencé tôt dans la vie accroît la probabilité de SEP sévère ou à progression continue. Nos résultats suggèrent qu’il pourrait exister une association entre le tabagisme et le risque de SEP secondairement progressive, mais le degré élevé d’hétérogénéité entre les études limite les possibilités de tirer une conclusion claire. »

« PloS One », janvier 2011, vol. 6, n° 1, e16149.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
17.01.2011 à 20h05

« Au risque de paraître désagréable, je conteste toute métaanalyse ou publication basée sur des données recueillies par interrogatoire et non constatées par l'expérimentateur. Il serait bon de rappele Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
Interview

Michèle Lenoir-Salfati (agence nationale du DPC) : « Nous voulons garantir que le budget du DPC finance des actions de qualité »

Abonné
LENOIR

La directrice de l'agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC) justifie les récents aménagements des règles du jeu dont... 1

ECNi 2017 : l'intégralité du classement à consulter en ligne

ECNi 2017 : l'intégralité du classement à consulter en ligne-1

Fin du suspense pour les 8370 candidats aux épreuves classantes nationales informatisées (ECNi). Le centre national de gestion a rendu... 4

Vaccination contre la grippe : un patch à micro-aiguilles aussi efficace que l’injection

Patch aiguilles

Une étude menée par une équipe de l’institut de technologie et de l’université Emory en Géorgie, aux États-Unis, et publiée dans « The... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter