Allocation fin de vie : 53 euros par jour pour accompagner un proche

Allocation fin de vie : 53 euros par jour pour accompagner un proche

14.01.2011
Dès le 15 janvier, les personnes qui suspendent ou réduisent leur activité pour accompagner un proche en fin de vie peuvent prétendre à bénéficier de l’allocation fin de vie, fixée à 53 euros. Attendue depuis un an, l’allocation ne vaut que pour les cas de fin de vie à domicile.
  • 1295021133218311_IMG_51935_HR.jpg

    Allocation fin de vie : 53 euros par jour pour accompagner un proche

CEUX QUI désespéraient de la mise en place de l’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie peuvent se réjouir, à l’image du Dr Régis Aubry, directeur de l’Observatoire en fin de vie. Simple coïncidence, le décret relatif à cette allocation paraît le lendemain d’un article du « Monde » qui dénonçait le mal français des lois votées et inapplicables faute de textes d’application. L’unanimité du vote de la loi créant l’allocation, en février 2010, n’a donc pas eu pour conséquence d’accélérer le décret, in fine publié au « Journal officiel » de ce vendredi et en vigueur dès demain. C’était également l’une des mesures phares de la mission d’évaluation de la loi Leonetti sur la fin de vie de 2005.

À domicile.

L’allocation d’accompagnement d’une personne en fin de vie concerne tous les salariés qui bénéficient d’un congé de solidarité familiale ou qui l’ont transformé en période d’activité à temps partiel. Les non-salariés, les exploitants agricoles, les professions libérales et les chômeurs indemnisés (ainsi que les ministres des cultes) peuvent aussi y accéder dès lors qu’ils ont suspendu ou réduit leur activité. La fonction publique devrait être prochainement concernée. L’allocation journalière, fixée à 53,17 euros, est versée pendant 21 jours. Si le demandeur réduit son activité professionnelle, le montant de l’allocation peut être égal à 26,58 euros pour une durée de 42 jours.

Plusieurs bénéficiaires accompagnant la personne en fin de vie « en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable » peuvent bénéficier de l’allocation. Ils doivent être un ascendant, un descendant, un frère, une sœur, une personne de confiance de la personne accompagnée ou partageant le même domicile. Par ailleurs, et c’est une des critiques exprimées, l’allocation ne concerne que les fins de vie à domicile, alors que les trois-quarts des décès ont lieu à l’hôpital. Elle est financée par le régime d’assurance-maladie dont relève l’accompagnant. Selon le gouvernement, la mesure devrait concerner 20 000 personnes par an pour un coût d’environ 20 millions d’euros mais compensé par la diminution des arrêts de travail pris par les accompagnants.

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter