Recherche et formation : première évaluation des universités

Recherche et formation : première évaluation des universités

12.01.2011
  • 1294851130217579_IMG_51764_HR.jpg

    Recherche et formation : première évaluation des universités

L’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) publie sa première évaluation de toutes les universités françaises, en formation comme en recherche. Il s’agit d’une « cartographie » établie par académie, à partir d’évaluations faites entre 2007, date de création de l’agence, et 2010, indique son président, Jean-François Dhainaut. « Ce n’est pas un palmarès, car toute velléité de classement pénaliserait les établissements évalués en 2007 par rapport à ceux évalués en 2010 », souligne-t-il. On trouve toutefois les meilleures licences dans les académies de Paris, Lyon et « dans les universités de taille modeste bien ancrées dans leur territoire, comme Valenciennes, Chambéry, Clermont, Metz, Saint-Etienne ».

Globalement, les évaluations mettent en évidence « la naissance d’une réelle dynamique des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche entre eux et surtout avec le monde socio-économique » ainsi que « le boom des grandes métropoles engendré par la préparation aux récents appels d’offre » liés au plan Campus et au grand emprunt.

L’Ile-de-France représente 40 % du potentiel de recherche avec 7 000 enseignants-chercheurs et chercheurs travaillant dans des unités de recherche notées A+ (l’excellence), Rhône-Alpes en concentre 3 000, Midi-Pyrénées 1 500, puis viennent les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), Languedoc-Roussillon, Aquitaine et Alsace. Bien qu’elles aient aussi des domaines d’excellence comme l’immunologie et la transplantation à Nantes, les autres régions qui comptent moins de 500 enseignants-chercheurs et chercheurs d’unités A+, vont devoir bâtir « des collaborations serrées pour atteindre la masse critique » afin de rentabiliser de grands plateaux techniques. Avec « un dynamisme d’alliance supérieur » à celui de la capitale et « une qualité des formations, tant en licence qu’en master, fortement à souligner », les universités de Lyon et sa région ont été particulièrement distinguées.

En cours, les évaluations des grandes écoles et des organismes de recherche figureront dans les prochaines analyses de l’AERES, qui devraient faire l’objet d’une publication chaque année. Son prochain chantier sera de valider les procédures d’évaluation des personnels. En conclusion, Jean-François Dhainaut indique que « l’AERES a insufflé une culture qualité et d’autoévaluation dans les universités et initié une dynamique de progrès. Cette première évaluation cartographique est un outil novateur et indispensable ».

Le document de l’AERES peut être téléchargé, région par région, sur aeres-evaluation.fr.

S. H.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter