Un nouveau topique candidat dans les escarres

Un nouveau topique candidat dans les escarres

11.01.2011
Le traitement des escarres et des ulcères se heurte aux difficultés de remodelage de la peau. Une équipe nord-américaine propose un nouveau topique qui, testé chez la souris, augmente la vitesse de cicatrisation de ces plaies d’un facteur 2 à 3. Ce médicament associe deux protéines, l’élastine et le KGF, dans un gel qui contrôle leur diffusion locale.
  • 1294751706217021_IMG_51630_HR.jpg

ON SAIT QUE l’élastine et le facteur de croissance des kératinocytes (KGF ou keratinocyte growth factor) améliorent la cicatrisation mais ils nécessitent l’application locale de quantités importantes de protéines coûteuses.

L’élastine active un ensemble de réponses cellulaires lors de la cicatrisation : chimiotaxie, adhésion cellulaire, prolifération et différenciation.

Quant au KGF, il est peu abondant dans la peau normale mais s’exprime fortement dans les fibroblastes lors d’une lésion. Il induit la prolifération et la migration des kératinocytes et protège contre les radicaux libres.

Enfin, on sait qu’on peut adsorber les protéines dans des gels de fibrine. Ceux-ci présentent deux avantages : d’une part, ils protègent les protéines de la dégradation ; d’autre part, ils les relarguent progressivement, ce qui épargne des applications répétées et consomme donc peu de protéines.

L’idée de Piyush Koria et coll. a donc été de combiner les avantages de ces différents produits pour proposer un médicament efficace de régénération de la peau. Grâce au génie génétique, ils ont fusionné les deux protéines en une seule et ils l’ont fait exprimer dans Escherichia coli. Ces méthodes bien connues de l’ingénierie génétique leur ont permis de purifier facilement la protéine de fusion en quantité suffisante pour les tests. De plus, ils ont conçu cette protéine de façon à ce qu’elle s’assemble spontanément en nanoparticules, ce qui facilite sa manipulation et son intégration contrôlée dans un gel de fibrine.

Appliquée sur des lésions chroniques chez la souris génétiquement diabétique Leprdb (dépourvue de récepteur de la leptine), une seule dose de cette préparation a accéléré d’un facteur 2 à 3 la régénération de l’épithélium et la granulation de la peau.

De tels traitements permettraient un traitement plus rapide et moins coûteux des plaies chroniques.

« Proc Natl Acad Sci USA », doi : 10.1073/pnas.1009881108.

 ROLAND SALESSE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
11.01.2011 à 21h20

« C'est une très bonne nouvelle pour les praticiens. Vraiment la médecine évolue. Merci. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Recherche sur les cellules souches : un débat éthique, un casse-tête réglementaire et un défi industriel

Abonné
accroche

Les applications potentielles des cellules souches dans le domaine de la recherche et de la santé sont immenses. Dans la pratique, elles... Commenter

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... Commenter

Le Dr Yannick Schmitt élu à la présidence de ReAGJIR

Le Dr Yannick Schmitt a été élu à la présidence du Regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants (ReAGJIR) à... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter