Pratique du tiers payant : la CSMF et MG-France relancent le débat

Pratique du tiers payant : la CSMF et MG-France relancent le débat

17.12.2010
Les Drs Michel Chassang et Claude Leicher, respectivement présidents de la CSMF et MG-France, ont à nouveau avancé hier, à l’occasion d’un colloque organisé par le centre d’analyse stratégique, l’idée d’un tiers payant pratiqué par les médecins, en particulier les généralistes. Le patient serait alors dispensé de l’avance du paiement de sa consultation.
  • 1292599525214415_IMG_50930_HR.jpg

    Pratique du tiers payant : la CSMF et MG-France relancent le débat

« BEAUCOUP de personnes nous demandent de mettre le chèque de côté, explique le président de MG France, et les problèmes de trésorerie n’épargnent personne, pas même les salariés. »

Des divergences syndicales existent néanmoins sur les modalités de la mise en œuvre du tiers payant.

« Nous voulons développer le tiers payant dans sa version sociale », modère Michel Chassang. Selon le président de la Confédération, les patients aux faibles revenus tendent à privilégier l’hôpital au détriment de la médecine de ville où ils doivent avancer le paiement de leur consultation. « Si on veut valoriser la médecine de ville, il faut donc autoriser le tiers payant pour les populations en difficulté ». Pas question de généraliser le système à tous les malades : « La relation financière n’est pas forcément à exclure de la relation médecin-patient », explique Michel Chassang. Le tiers payant devrait selon lui être réservé aux bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU) ou de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé. « Ce qui représente huit millions de personnes ! » précise le président de la CSMF.

MG-France va plus loin. « Nous souhaitons un tiers payant pour tous les patients, quand le médecin le souhaite, et en fonction des besoins du malade », précise Claude Leicher. Le syndicat de généralistes réclame plus de souplesse : « La convention actuelle interdit aux généralistes d’utiliser le tiers payant de façon automatique, nous refusons qu’on nous impose cela, et voulons mettre davantage d’outils à disposition des médecins », explique le président.

La CSMF et MG-France espèrent que ce sujet sera l’une des priorités des négociations de la future convention médicale.

lequotidiendumedecin.fr, le 17/12/2010

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Décès de Naomi Musenga : « une dizaine d'affaires » comparables, selon Buzyn

BUZYN inter

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a « aujourd'hui connaissance d'une dizaine d'affaires » comparables à celle de Naomi Musenga, décédée... 1

Menacé de radiation, jugé en appel par l'Ordre, le Pr Henri Joyeux se défend d'être anti-vaccin

JOYEUX

C'est tout sourire que le Pr Henri Joyeux s'est présenté ce 24 mai au siège national de l'Ordre des médecins, dans le 17e arrondissement de... 1

Pr Pierre Amarenco, neurologue* : « Après un AIT, éviter un AVC est un combat pour le reste de sa vie »

amarenco

Une étude internationale publiée le 16 mai dans « The New England Journal of Medicine » montre qu'après un accident ischémique transitoire... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter