Médecins/patients sur Facebook : éviter de devenir ami

Médecins/patients sur Facebook : éviter de devenir ami

17.12.2010
Que les étudiants en médecine, les internes et les chefs de cliniques soient très nombreux sur Facebook n’est pas une surprise. Ils sont tout simplement de leur époque. Une étude du Credoc* montre que 80 % des jeunes français de 12 à 24 ans ont déjà participé à des réseaux sociaux comme Facebook, Myspace ou Linkedin.
  • 1292604734214418_IMG_50934_HR.jpg

RIEN À REDIRE à cela si ce n’est que les médecins doivent éviter de devenir ami de leur patient lorsque ceux-ci les sollicitent. Après avoir mené deux enquêtes sur l’utilisation de Facebook dans le milieu médical, le Dr Ghassan Moubarak, 30 ans, cardiologue à l’hôpital Saint-Joseph à Paris, recommande à ses confrères de « ne pas accepter un patient comme ami » car « ça perturbe vraiment la relation avec le médecin ».

Le problème risque en effet de se poser de plus en plus. C’est un article, publié en août 2009, dans le « New England Journal of Medicine » qui a donné au Dr Moubarak l’idée de se pencher sur le phénomène Facebook (500 millions d’utilisateurs dans le monde) dans le milieu médical. Le Dr Sachin Jain, en poste près de Boston, y racontait comment, en deuxième année d’internat, il avait reçu une « demande d’ajout à la liste d’amis » de la part d’une dame à l’accouchement de laquelle il avait assisté trois ans auparavant comme étudiant. Et comment piqué par la curiosité, il avait cliqué sur « confirmer », en se rendant compte aussitôt, avec une certaine angoisse, qu’il la faisait entrer dans sa vie personnelle, lui donnant accès à son réseau d’amis et à bien d’autres choses… Le médecin indique dans le même article que plusieurs facultés de médecine (Harvard Medical School, Drexel University college of medicine) ont alerté les étudiants sur les réseaux sociaux en leur rappelant qu’ils ne doivent pas y donner une mauvaise image de la profession médicale.

« Je venais de m’inscrire sur Facebook et je me suis demandé comment j’aurai réagi ,» dit le Dr Moubarak qui a mené l’enquête d’abord auprès des étudiants en médecine de Paris-VI : « Ils étaient inscrits sur Facebook à 90 %. » Puis en octobre 2009 auprès de 405 internes et chefs de clinique du CHU de Rouen. Les résultats viennent d’être mis en ligne sur le site du « Journal of Medical Ethics » : 73 % ont déclaré avoir un profil Facebook et les plus jeunes étaient inscrits plus fréquemment, précise le Dr Moubarak; 99 % étaient inscrits sous leur nom véritable, 97 % avaient donné leur date de naissance et 91 % leur photo d’identité. Bref, ils étaient parfaitement identifiables. Majoritairement pour la confidentialité et la protection des données en théorie, très peu d’entre eux connaissaient en fait les paramètres de sécurité par défaut de Facebook et la possibilité de les modifier. « Sur Facebook, les règles de confidentialité changent souvent et il faut modifier son profil en conséquence », rappelle le Dr Moubarak dont le profil est fermé. La plupart des jeunes médecins utilisateurs du réseau (85 %) ont déclaré qu’ils refuseraient systématiquement les demandes de patients pour devenir leur ami. Mais 15 % ont déclaré envisager cette possibilité au cas par cas. « Quand on est inscrit depuis peu, on a envie d’avoir beaucoup d’amis et on n’est pas très regardant, c’est un danger potentiel », souligne le Dr Moubarak

Peut-être aussi un médecin ou un futur médecin devra-t-il avoir plusieurs profils, s’il veut partager certaines informations avec ses patients.

*Etude réalisée en Juin 2010 sur 2230 personnes pour le CGIET et l’ARCEP

lequotidiendumedecin.fr, le 17/12/2010

MARIE-FRANÇOISE DE PANGE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
17.12.2010 à 18h39

« Les paramètres avancés de Facebook permettent un contrôle "granulaire" des informations diffusées. Il est ainsi possible d'afficher des profils très différents à des groupes de personnes différents, Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Intox/détoxSans manger : la mode la plus radicale et la moins validée

Sans manger

Le jeûne fait un retour en force depuis quelques années, avec la promesse pour ceux qui le pratiquent, d’améliorer leur santé et d’allonger... 11

Vies de médecin  Pr Alain Serrie : humaniste ambitieux contre la douleur

serrie2

« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles ». Cet a... Commenter

TémoignageApparences trompeuses

couple

Quiproquo, réplique équivoque, malentendu, fou rire… Ces médecins ont connu un grand moment de solitude en consultation, face à un patient.... 6

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter